La base pour construire les accords au piano : Les intervalles (débutant)

Il est intéressant de savoir nommer un intervalle dans toute pratique musicale. Tout ce qui est nommé est plus facile à concevoir et à percevoir. Si vous voulez mémoriser mieux vos morceaux, improviser ou même composer, vous allez avoir besoin de connaitre les accords (l’harmonie).

Or un accord est l’association, la superposition de plusieurs intervalles.

Si vous voulez travailler votre oreille, vous allez également avoir besoin de travailler chaque intervalle, car toute mélodie est la succession de plusieurs intervalles mélodiques.

Pour la lecture, cette notion est également importante, car pour être un bon lecteur et lire rapidement on a besoin d’une lecture relative entre les notes.

Mais qu’est-ce qu’un intervalle ?

C’est une manière de nommer la distance, la relation entre deux notes. Et on la détermine en comptant le nombre de noms de notes (do ré mi…) que l’on doit jouer en partant de l’une pour aller à l’autre par mouvements conjoints (comme quand on récite l’ordre des notes).

Ce sont les “briques”, les matériaux de base qui construisent les accords en musique.

Voici leurs différents noms à connaitre pour les plus courantes :

La seconde (pour deux noms de notes qui se suivent), la tierce, la carte, la quinte, la sixte, la septième, l’octave…

Voici maintenant en détail les noms des différents intervalles qui existent avec un exemple d’intervalle ascendant (qui monte):

Rappel : Deux notes conjointes, sont deux notes qui se touchent dans l’ordre des notes, comme sol-la. Deux notes disjointes sont deux notes éloignées d’au moins une note comme si-mi.

  • La seconde correspond à deux notes conjointes, comme par exemple ré et mi en montant : je compte ré et mi, ça fait 2.
  • La tierce correspond à trois notes. On saute par-dessus une note, comme par exemple mi-sol en montant : je compte mi, fa, sol, ça fait 3.
  • La quarte correspond à quatre notes. On saute par-dessus deux notes, comme fa-si en montant : je compte fa, sol, la, si, ça fait 4.
  • La quinte correspond à cinq notes. On saute par-dessus trois notes, comme ré-la en montant : je compte ré, mi, fa, sol, la, ça fait 5.
  • La sixte correspond à six notes. On saute par-dessus quatre notes, comme si-ré en descendant : je compte si, la, sol, fa, mi, ré, ça fait 6.
  • La septième correspond à sept notes. On saute par-dessus cinq notes, comme sol-la en descendant : je compte sol, fa, mi, ré, do, si, la, ça fait 7.
  • L’octave correspond à huit notes. Elle comporte comme point de départ et d’arrivée deux notes de même nom. Comme par exemple fa-fa à l’étage plus aigu (à droite sur le piano).

La neuvième et la dixième existent, mais il vaut mieux les laisser de côté dans un premier temps si vous n’êtes pas à l’aise avec celles ci-dessus.

Ce qu'il faut savoir avant de démarrer les accords

Image de Marc Biarnès

Passons maintenant à la pratique !

Comment trouver au piano l’intervalle entre deux notes :

Vous devez prendre le nom de la note de départ, la compter comme numéro 1, et énumérer le nom des notes (sans vous tromper de sens dans l’ordre des notes) jusqu’à arriver à votre deuxième note que vous compterez également. Par exemple : Fa-Si

Quarte au piano

Fa est le 1

Sol le 2

La le 3

si le 4

Vous avez compté quatre notes, comprenant la note de départ et la note d’arrivée. Il s’agit donc d’une quarte.

Des intervalles faciles à repérer au piano :

La seconde : c’est deux touches l’une à côté de l’autre.

Seconde au piano

L’octave : elle est composée de deux notes de même emplacement à un “étage” de différence sur le clavier comme dans l’exemple ci-dessous, fa-fa.

Octave au piano

La tierce : deux notes séparées d’une seule note.

Tierce au piano

Si vous ne savez pas encore lire les notes sur une partition, passez directement au chapitre “Comment repérer les intervalles à l’oreille”.

Comment repérer sur une partition les intervalles sans compter:

Il est intéressant de se pencher sur le graphisme de chaque intervalle dans les partitions. Cela va vous permettre de déchiffrer avec beaucoup plus de rapidité et de réflexes.

Rappel de vocabulaire : Je vais parler ci-dessous de deux “familles” de notes. Il y a les notes positionnées sur les lignes,

Notes sur les lignes

et les notes positionnées sur les interlignes.

Notes sur les interlignes

Graphisme des intervalles :

Les plus faciles à repérer :

Pour la seconde harmonique (deux notes jouées en même temps), elle est assez facile à repérer, car elle a une petite particularité. En effet les deux têtes de notes sont collées les unes aux autres, et décalées au niveau vertical, bien quels soit accrochées toutes les deux à la même hampe (barre verticale indiquant le rythme de la note). Elles ressemblent à deux cerises collées l’une à l’autre de manière décalée. Il s’agit donc d’une note sur une ligne et d’une autre sur un interligne.

Pourquoi sont-elles décalées ? Pour faciliter la distinction claire de la hauteur de chaque et d’indiquer qu’il y en a deux. Imaginez qu’elles soient disposées à la verticales, cela pourrait être perçu comme une seule est grosse note qui a débordée…

La clarté et le non-chevauchement des éléments sont primordiaux dans l’édition d’une partition, afin de permettre une lecture fluide et rapide.

Seconde harmonique

Pour la tierce il s’agira de deux notes positionnées sur deux lignes ou interlignes qui se suivent.

Tierce harmonique

Pour la quinte, c’est exactement comme la tierce, mais en sautant un “étage”, donc soit une ligne, soit un interligne.

Quinte harmonique

La septième, c’est exactement comme la tierce et la quinte, mais en sautant deux étages, donc soit deux lignes, soit deux interlignes :

Septième harmonique

Plus difficile à repérer :

Ce sont tous des intervalles qui ont une note sur une ligne et l’autre sur un interligne.

Pour la quarte, vous aurez toujours une ligne en entre les deux notes.Quarte harmonique

Pour la sixte, vous aurez toujours deux lignes entre les deux notes.La sixte

Pour l’octave, vous aurez toujours trois lignes entre les deux notes.

L'octave

Remarque pour les intervalles dans une mélodie :

Prenez la première note, et procédez de la même manière que précédemment, mais en étant vigilant de ne pas vous tromper de direction dans l’ordre des notes. Par exemple do-fa en montant ne donnera pas le même intervalle que do-fa en descendant…

dans le premier cas, c’est une quarte :

Intervalle médodique

et dans le second une quinte…

Intervalle mélodique descendante

Petit exercice pratique :

Entrainez-vous à nommer les intervalles entre chaque note ci-dessous. Par exemple pour commencer (do-mi) tierce (mi-sol) tierce (sol-do) quarte, etc.

Exercice trouver intervalles

Comment repérer à l’oreille les intervalles :

Il s’agit d’un travail de longue haleine, mais qui vaut le coup, car il vous permettra peu à peu d’entendre dans votre tête une mélodie que vous lisez sur une partition. C’est un travail à faire pour toute personne qui n’a pas l’oreille absolue, mais qui veut arriver à entendre une musique et la reproduire sur le piano, ou lire une partition et l’entendre dans sa tête.

Je ne vais pas rentrer trop dans les détails ici, mais je vous indique une des manières les plus efficaces pour commencer ce travail. Il y a bien sûr beaucoup d’autres méthodes possibles pour approfondir ensuite.

Pour apprendre comment sonne un intervalle, le premier pas est de partir de votre propre mémoire. Pour chaque intervalle, il faut associer une mélodie qui commence par cet intervalle et que vous connaissez “sur le bout de vos oreilles”. Vous devez pouvoir retrouver cette mélodie n’importe où, n’importe quand.

Je parle de thèmes de chansons très très connues comme l’hymne national de votre pays, Happy Birthday to you, un chant de noël ou quelque chose de très simple comme une berceuse de votre enfance. Du moment que pour vous c’est possible de vous la rappeler instantanément.

Voici quelques exemples dans lesquels je souligne les deux syllabes qui font entendre l’intervalle recherché :

  • Au clair de la lune pour la seconde,
  • À la clai-re fontaine pour la tierce,
  • Allons en-fants de la patrie, pour la quarte,

Mais il peut aussi s’agir du thème de Star Wars, si vous avez adoré cette série de film, et dont le thème commence par une quinte (pardon pour ceux qui ne lisent pas la musique… Yeux roulants) :

Quinte Star Wars

Ou, toujours pour la quinte, de “Ah vous dirais-je maman” de Mozart :

Quinte Mozart

Un repère très simple à retenir, si vous y êtes habitué, est donné par les différentes sirènes qui ponctuent notre paysage sonore urbain… Même si elles augurent souvent des événements bien malheureux, elles sont bien pratiques pour notre travail ici.

Un petit tour des sirènes d’urgence françaises :

Remarque rigolote : elles sont toutes construites sur le la du diapason ! Écoutez !

Les pompiers pour la seconde, soit la-si :

Ici la sirène de police pour la quarteRire la-ré :

Ou le SAMU pour la quinte, la-mi :

Et pour finir ce tour des sirènes françaises, la gendarmerie pour la sixte, la-fa :

Bref, ne prenez pas des thèmes qui ne vous disent rien à vous, mais plutôt ce qui vous parle tout de suite !

Mais je peux faire de la musique sans connaître toute cette théorie !

Oui, vous pouvez jouer de la musique à partir de partition ou de tutoriel en appliquant ce qui vous est indiqué sans chercher plus loin. Mais vous serez toujours dépendant, soit de la partition (ou tuto), soit de votre mémoire gestuelle ou visuelle des touches pour jouer. Si vous n’avez pas de partition et que votre mémoire vous fait défaut, vous ne pourrez pas vous raccrocher à une compréhension et une écoute plus consciente de votre morceau. Plus vous comprenez de l’intérieur la construction de ce que vous jouez, moins vous aurez d’effort à fournir pour l’apprendre.

C’est un effort à fournir pour le moment, mais il vous fera gagner du temps à long terme… À vous de choisir en toute conscience ce qui vous convient pour ce que vous voulez faire au piano. Si vous voulez juste jouer un morceau facile effectivement ça n’est pas la peine. Mais plus vous voudrez apprendre des morceaux compliqués, plus ils seront intéressants et plus vous aurez besoin de les entendre de l’intérieur et de les comprendre.

À vous de choisir… Sourire

Petit détour en langue anglaise qui ouvre des horizons :

Il est intéressant de remarquer qu’en anglais, une différence est faite entre les notes conjointes, les notes disjointes proches et éloignées.

  • Step est employé pour les mouvements conjoints.
  • Skip pour les mouvements disjoints d’une seule note, une tierce.
  • Et leap, pour les intervalles plus grands que la tierce.

Il n’existe pas d’équivalent à ma connaissance en français pour ces trois termes et en tout cas pas dans le fait de distinguer les notes disjointes en tierce des intervalles plus grands.

Il est toujours intéressant de trouver des distinctions qui existent dans une langue autre que sa langue maternelle. En effet, les anglophones  distinguent la seconde et la tierce, qui sont les éléments de base, des autres intervalles qui sont construits à partir des deux premiers.

J’ai moi-même remarqué, que ça soit dans la formation de l’oreille, la lecture, ou l’étude des accords, que si vous n’êtes pas à l’aise avec ces deux éléments de base qui sont la seconde et la tierce, le reste ne suivra pas. C’est pour cela que  j’insiste beaucoup sur ces deux intervalles dans mes cours.

J’espère que cet article vous a permis d’y voir plus clair dans la notion des intervalles. Si vous pensez qu’il peut aider d’autres personnes, partagez-le en envoyant le lien à cette personne.

Si vous souhaitez apprendre à mieux lire vos notes et accords par la lecture des intervalles, je vous offre ici un cours gratuit de 30 minutes sur le sujet.

À bientôt !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 229
  •  
    230
    Partages
  • 1
  •   
  •  
  •  
  • 229
  •  

6 commentaires

  1. Merci Marie-Cécile, c clair et concis, c effectivement un grand pas pour déchiffrer plus vite, je n’ai pas bénéficié de cet enseignement dans mes débuts avec les profs ou dans les écoles municipales de musique, Je ne sais pas pourquoi. Je m’intéresse aux accords et aux intervalles depuis que j’ai plus de temps pour le piano. Merci encore.

    Répondre
  2. Merci Marie-Cécile ! Très intéressant et instructif !

    Répondre
  3. Bonjour, un grand merci pour la lecture “facile” de tous ces intervalles. Ca débloque des choses.

    Répondre
  4. Explication très clair sur les accords Étant débutante je suis vivement intéressée par cette façon d apprendre. Berfini Estelle

    Répondre
    1. Merci Estelle ! 🙂

      Répondre
  5. Yeah! De la théorie musicale! 😀

    C’est pour ça que j’ai toujouurs apprécié le piano car il est mieux au niveau de repérer les intervalles!

    Répondre

Laisser un commentaire

Vous êtes libre de recevoir mon guide d'apprentissage de morceau, ainsi que ma méthode de lecture de notes, en remplissant ceci :