Archives

Interview de Philippe Kaczmarek sur sa méthode de piano

J’ai eu la chance de rencontrer il y a quelques temps maintenant Philippe Kaczmarek du Tout Petit Conservatoire à Paris, au salon Musicora. Avec lui c’est le retour d’une interview comme j’aime les faire pour vous présenter un personnage, un auteur, une méthode et tout autre outil ou personne qui pourrait vous aider dans votre apprentissage. Mais ici il s’agit de vos enfants ou petits-enfants qui auraient entre 4 et 7 ans. Afin qu’ils apprennent à jouer du piano en mode ludique et créatif avant de se lancer plus en profondeur si vous remarquez des prédispositions.

Il nous présente ici sa Toute Petite Méthode de Piano, co-écrite avec Monique Gauché et éditée par ses soins. En dehors de la multitude de ses publications, vous pouvez retrouver son Tout Petit Conservatoire à Paris (19e) pour y inscrire vos enfants.

Sans plus attendre, voici plus d’explications en vidéo :

Vous pouvez retrouver la méthode de piano de Philippe Kaczmarek et toutes ses publications d’éveil musical ici :

http://www.ma-toute-petite-methode-de…

http://www.letoutpetitconservatoire.com/

 

 

Interview de Philippe Kaczmarek du Tout Petit Conservatoire

 

 

Marie-Cécile

Bonjour Philippe Kaczmarek. Je suis très contente aujourd’hui de vous interviewer pour mon blog. Vous êtes créateur d’une méthode que je connais bien puisque j’ai commencé à l’utiliser pour des petits il y a de ça 7 ou 8 ans. Et je voulais un petit peu savoir comment fonctionnait cette méthode.

Alors cette méthode s’appelle ?

 

Philippe Kaczmarek

Ma toute petite méthode de piano. Ce sont les éditions Le Tout Petit Conservatoire. Sachant que le Tout Petit Conservatoire est aussi un lieu d’enseignement où on donne des cours de piano et de musique aux tous petits. Entre 2 et 8 ans, les enfants arrivent par petit groupe de 4 maximum et 40 minutes une fois par semaine on donne des cours de musique poly instrumentale. On va de la batterie au piano, on souffle dans les trompettes, on gratte la guitare de façon à ce qu’ils aient un feeling pour chaque instrument. Qu’ils pèsent le gros trombone, ensuite le petit violon qui est fragile. Voilà. Je veux qu’ils aient une sensation, qu’ils connaissent le nom des instruments et puis surtout qu’ils manipulent de vrais instruments.

 

Marie-Cécile

D’accord. Donc vous êtes au départ vraiment centré sur l’éveil.

 

Philippe Kaczmarek

L’éveil musical surtout. Et après je passe la main aux écoles de musique ou aux conservatoires.

 

Marie-Cécile

D’accord, ok. Et donc vous avez créé une méthode pour le piano spécifiquement.

 

Philippe Kaczmarek

Absolument. J’ai rencontré une dame qui s’appelle Monique Gauché, qui a coécrit la méthode et que j’ai revu, corrigé et complété, et dans laquelle on va aborder le piano mais de façon complètement différente.

On va commencer par colorier des pianos. 3 types de pianos.

Ensuite l’enfant peut dessiner son propre piano.

On va positionner les mains pour expliquer qu’on joue avec tous les doigts.

Donc si on sait écrire les chiffres de 1 à 5 on l’écrit.

Et ensuite on commence par positionner le siège au milieu du piano, et montrer que le do en clé de sol est le même que le do en clé de fa.

Et c’est parti.

On n’a aucun blocage de lecture au niveau des deux clés. On commence directement la main droite en clé de sol, et la main gauche en clé de fa. Il n’y a pas d’à priori. Des petits morceaux, un petit peu de solfège.

Alors là un solo de 4 temps donc on voit, elle a dessiné et colorié.

Ce que je veux c’est que chaque enfant customise sa méthode et se l’approprie en la coloriant et en dessinant dedans. C’est possible.

 

Marie-Cécile

Très bien, et donc vous-même vous la pratiquez. Est-ce que vous la pratiquez avec des enfants tout seul ? Ou est-ce que vous la compliquez en groupe ?

 

Philippe Kaczmarek

Alors généralement les cours de piano se déroulent par 2. Pendant qu’il y en a un qui joue l’autre regarde ce que l’autre fait. Ce qui est très intéressant parce qu’on apprend aussi par l’erreur mais ce que je revendique c’est la faible durée de mes exercices.

Ils sont très très cours, comme ça on ne s’ennuie pas. On fait un exercice de 2 minutes. Voilà.

Il vaut mieux faire 12 exercices de 2 minutes qu’un exercice de 4, 5 ou 10 minutes. Et ce que je dis souvent à mes élèves, c’est : « Essaies de travailler 2 ou 3 minutes par jour plutôt qu’une demi-heure le samedi. » j’essaie d’inculquer le petit goût du quotidien, le travail au quotidien, ça c’est important.

 

Marie-Cécile

Quel est l’âge moyen des enfants ?

 

Philippe Kaczmarek

Elle est de 5 ou 6 ans. On peut commencer cette méthode sans connaitre le solfège, à partir de 4 ans.

Avec un parent qui n’y connait rien, il va pouvoir ouvrir la méthode, aider son enfant à placer le do, parce que tout est expliqué.

 

Marie-Cécile

Peut-on utiliser la méthode sans professeur ?

 

Philippe Kaczmarek

Il vaut mieux avoir un professeur au départ qui donne les bonnes positions, les bons gestes. C’est comme le geste du service au tennis. C’est pareil. Il faut bien placer les mains, bien au milieu, puis une fois que c’est parti je pense qu’on peut progresser.

 

Marie-Cécile

D’accord. Quel a été votre parcours ?

 

Philippe Kaczmarek

Je suis né dans une famille un petit peu de musiciens. Ma mère était pianiste et violoniste. J’ai commencé le piano à 3 ans avec l’oreille absolue. Il y a 50 ans on est allé voir des opérettes qui s’appelaient No no Nanette de La Route Fleurie, et en rentrant à la maison je monte l’escalier, je rejoue le thème principal, main droite main gauche.

Donc ma mère s’est dit « ah tient… ». Une semaine plus tard on va voir une deuxième opérette, La Route Fleurie, et je rejoue. La pompe à gauche et la mélodie à droite.

Et c’est parti comme ça. J’ai eu très vite l’oreille absolue. Ensuite j’ai fait des percussions, du tambour, pendant des années, des fanfares à Vichy, ensuite de la trompette et après j’ai eu un prix d’excellence à 16 ans en solfège.

Ensuite, pour aller vite, j’ai fait une école de commerce puisque ma mère voulait que je sois banquier. Et ensuite j’ai fait le Club Med pour apprendre à rigoler un petit coup.

Donc tout ça, ça m’a aidé.

Et quand j’ai eu des enfants, on les a mis dans un système d’éducation Montessori. Ça je ne connaissais pas du tout. Et pendant 7 ans j’ai travaillé en tant que prof de musique chez Montessori. Et là ça m’a permis de me soigner de tout soucis déficients qu’on m’a donné au conservatoire. Parce que j’étais une bête de conservatoire, donc là chez Montessori on m’a dit « C’est bien ce que tu dis Philippe mais c’est trop rapide, et il y en a trop ».

Donc pendant 7 ans je me suis soigné, j’ai ralenti, et ça m’a donné l’idée de faire des petits trucs vaporeux, où il y a peu de contenus par page, une petite activité. Et pur les tous petits qui ont 4 ans ça suffit largement. Des couleurs sympas, peu de contenus et surtout qu’ils aiment. Et les petits qui font du solfège avec moi me disent « Philippe est-ce qu’on peut faire le cahier ? » Ce n’est pas moi qui impose le solfège ou la lecture de note. Et le solfège ce peut être sympa !

Il suffit de le présenter correctement.

 

Marie-Cécile

Vous êtes-vous inspiré de la méthode Montessori ?

 

Philippe Kaczmarek

Ce que j’ai pris chez Montessori c’est le fait d’aérer, de ne pas trop donner à la fois.

Parce que je reste fidèle au conservatoire qui m’a formaté pour apprendre les notes et tout ça, donc le but quand on est dans Le Tout Petit Conservatoire pendant les cours c’est aussi d’apprendre le solfège pour arriver avec un an ou deux ans d’avance, à 6 ou 7 ans au conservatoire. Au vrai conservatoire.

Donc ce que j’ai pris chez Montessori effectivement c’est le recul.

C’est de savoir « Ne va pas trop vite, Répète, ce qu’on ne fait pas aujourd’hui on le fait demain ». Et c’est tout ce côté que je n’avais pas quand j’étais au conservatoire. Parce qu’on prend le temps et on respecte chaque petite individualité. Tout le monde est différent donc on n’a pas un programme formaté pour tout le groupe mais chacun à son rythme.

 

Marie-Cécile

La méthode existe en deux volumes. Quels sont les âges appropriés pour chacun ?

 

Philippe Kaczmarek

4 ou 5 ans, et puis le deuxième 6 ou 7 ans. En fait, ce n’est pas un problème l’âge. C’est simplement un problème de niveau. C’est-à-dire que si on est débutant, on va passer un certain temps, l’enfant de 4 ans par exemple va mettre une semaine ou deux à faire le premier exercice, l’enfant de 7 ans va le faire en une heure. Vous voyez ?

Ce qui compte c’est d’acquérir la connaissance dans de bonnes conditions, en étant heureux. Et c’est ça le but de mes méthodes. C’est que l’enfant soit heureux.

 

Marie-Cécile

D’accord. La méthode aborde-t-elle des notions de solfège ?

 

Philippe Kaczmarek

Absolument. Tout est expliqué. Ça va de pair. La langue de la musique est une langue qu’on apprend comme l’alphabet.

Donc on apprend le piano et on apprend aussi à écrire les notes, à les situer, à les lire sur la partition et on apprend les petites notations rythmiques. La ronde, où là ici, 1 – 2 – 3 – 4, ça vaut 4 temps. Tu refais le même dessin en dessous, 4 petits temps.

 

Marie-Cécile

Vous faites beaucoup dessiner les enfants…

 

Philippe Kaczmarek

Oui, pour intégrer la notion de division. Là on divise déjà la ronde en 2 blanches et puis après en 4 noires. Tout ça, ça doit passer par la parole, par l’œil et par le dessin. Parce que ça renforce et en plus ça complémente le travail de l’école. Parce que l’enfant commence par aller à l’école, ils aiment bien gratouiller, écrire, dessiner. Donc voilà. C’est un petit peu scolaire mais sans être pénible ou trop triste.

Il y a des petits éléphants à colorier… j’aime bien que l’enfant colorie sa méthode. Ce qui moi, de mon temps, était impossible. Ça ne passait pas du tout.

 

Marie-Cécile

Oui bien sûr. Les morceaux sont spécifiques à la méthode ?

 

Philippe Kaczmarek

Elle s’appelle Monique Gauché, qui a créé la méthode, et qui est venue me voir il y a 4 ou 5 ans voir même un peu plus sur Musicora avec ce projet-là. Elle avait peu de pages et moi avec mon statut d’éditeur, ma capacité à reprendre un peu le dossier et le gonfler et mettre ma patte personnelle avec la clé de fa, la clé de sol et tous les petits délires personnels, ça en fait une méthode de 106 pages.

 

Marie-Cécile

Avez-vous un site internet sur lequel on peut vous retrouver ?

 

Philippe Kaczmarek

J’ai développé 2 sites internet. Il y en a un qui s’appelle http://www.ma-toute-petite-methode-de-piano.com/, vraiment centré sur les 2 méthodes de pianos.

Et l’autre plus généraliste qui s’appelle http://www.letoutpetitconservatoire.com/, où là vous allez trouver toutes les productions.

J’en suis à 10 productions en papier, plus les fiches gratuites à colorier, c’est-à-dire que vous faites un sujet sur Mozart par exemple, vous allez sur le site, vous imprimez la fiche sur laquelle il y a une toute petite bio et des petits renseignements, et pendant que vous écoutez la musique, vous montrez l’instrument, vous pouvez demander à vos élèves de le colorier. Donc tout ça c’est gratuit sur le site.

Et j’ai pas mal de corrections aussi dans les volumes de solfège en ligne. Et puis je fais beaucoup d’animations, beaucoup de prestations en crèches. Et puis avec mon école, j’ai une centaine d’élèves. Du lundi au samedi on y va, on fait de la musique en s’amusant.

 

Marie-Cécile

Quelle est l’adresse de l’école à Paris ?

 

Philippe Kaczmarek

C’est du lundi au samedi, ce sont des cours par petit groupe, de 1 à 4 enfants, et les parents comme les enfants peuvent assister aux cours, parce que ce que je veux c’est que l’enfant soit heureux. C’est au 20 rue de Nantes, Paris 19ème.

 

Marie-Cécile

Merci beaucoup Philippe Kaczmarek pour cette interview, et longue vie en musique au Tout Petit Conservatoire.

Interview d’Alan Fraser à Musicora 2017

Je vous présente aujourd’hui une interview d’Alan Fraser réalisée à Musicora en avril 2017. Il s’agit de quelqu’un qui s’est beaucoup penché sur l’aspect corporel de la technique du piano afin qu’elle soit la plus physiologique possible.

Monsieur Fraser est un pianiste et pédagogue canadien. Il est l’auteur de nombreux livres sur la technique du piano en langue anglaise :
– L’art de toucher le piano (non traduit)
– Affiner l’image du soi pianistique (traduit en français et disponible en librairie)
– Nos deux mains gauches : la technique du piano bien coordonnée (traduit en français)
– L’Etre-là au piano : Transformer l’image du soi pianistique (non traduit).

Sites d’Alan Fraser :
http://www.alanfraserinstitute.com/index-french.php
https://app.pianotechnique.org/

 

 

Transcription texte de l’interview d’Alan Fraser

MUSICORA 2017

 

 

Marie-Cécile :

Bonjour Alan Fraser, je suis très contente aujourd’hui de pouvoir présenter votre livre que je découvre complètement sur Musicora.

Il s’agit du livre « Affiner l’image du soi pianistique, Le squelette en acte dans la technique du piano ».

Donc vous avez écris plusieurs livres. Présentez-vous un petit peu. Qu’avez-vous écrit de manière générale ?

 

Alan Fraser :

Bonjour, celui-ci c’est le deuxième livre de la série qui s’appelle « La technique de piano naturelle et artistique ».

Le premier c’est « L’art de toucher le piano ». C’est un titre qui évoque l’art du piano de Heinrich Neuhaus.

J’ai essayé, avec ce livre, de faire comprendre les principes de Neuhaus et de montrer aux gens comment le faire en pratique.

Parce qu’ils disent que ce sont des choses géniales mais ce n’est pas du tout évident de réussir.

Alors il y a besoin :

  • D’exercices pratiques
  • D’une explication de la structure
  • De comment fonctionne la main

C’est ça qui va rendre possible, pour le pianiste, de faire ces changements dans un même air, pour que la technique soit plus puissante, flexible, qu’il y ait plus de sonorité orchestrale au piano, et une mélodie qui n’est pas toujours la même phrase. Mais avec une inflexion individuelle pour chaque mélodie. Il y a un caractère pour chaque mélodie.

Alors il faut une sorte d’indépendance qui vient d’une puissance, d’une stabilité et une capacité de bouger dans la main.

  • Dans le premier livre : le focus c’est la structure et la fonction de la main.
  • Dans le deuxième livre : c’est vraiment cette structure qui est relativement solide et stable dans un état d’équilibre instable.

 

Marie-Cécile :

Oui en mouvement.

 

Alan Fraser :

Oui l’équilibre instable c’est la base, c’est le principe du mouvement lui-même. Nous sommes les seuls à être sur 2 jambes et non sur 4 jambes. Il faut donc équilibrer ce système très sophistiqué pour être vertical sans être fixé mais sans perdre balance.

Alors je mets ce joint comme une cheville, celui-là comme un genou, celui-là comme une hanche, et je donne des exercices qui rendent cette hanche de la main le joint le plus important pour une structure d’être puissant sans être rigide.

Les gens qui ont lu mon premier livre ont dit « Oh oui j’ai tout compris dans votre livre ! » Et maintenant c’est solide. Mais ça doit bouger. Alors il y a des nécessités pour ces exercices.

 

  • Après ce livre il y en a un troisième qui s’appelle « Nos deux mains gauches ». C’est un livre complètement sur le pouce.

Parce que le pouce a une relation très spéciale avec les doigts. C’est le mouvement d’une position qui rend la main puissante et élastique à la fois.

  • Et il y aura un quatrième qui va sortir dans lequel je mets la main sur le pont pour avoir une expérience sensorielle comme un bébé dans l’année avant qu’il se lève.

Les bébés bougent pour se déplacer, sans nécessité de rester debout.

Le pianiste, le premier jour debout, a une raison d’être tendu. On essaie toujours de rendre une expérience sensorielle de la main avec un geste musical. Pas seulement la technique. Mais la technique liée avec une sonorité. Avec un caractère.

C’est très difficile de mettre les choses comme ça en mots. Il faut essayer parce que quand on voit comment les pianistes jouent, avec beaucoup de dextérité, d’agilité, de mécaniques, mais ils manquent d’art. ils manquent d’âme. Et je pense qu’on peut trouver une façon de lier le corps avec le clavier dans une façon plus sophistiquée, organique, on peut dire biologique même.

 

Marie-Cécile :

Plus physiologique en rapport avec comment on est construit.

 

Alan Fraser :

Exactement. Alors c’est un essai.

 

Marie-Cécile :

D’accord. Et justement vous présentez souvent votre façon de voir, votre vision, dans des stages par exemple ?

 

Alan Fraser :

Oui il y a l’institut. J’en ai 3 ou 4 chaque année en France et aussi au Canada, aux Etats-Unis, en Hollande, en Allemagne.

 

Marie-Cécile :

D’accord donc vous faites un petit peu le tour du monde et vous présentez votre façon de voir.

 

Alan Fraser :

Oui parce que je suis praticien dans l’institut de piano, et dans les instituts on fait ce genre de leçons pour avoir une sensation de cette idée, de cette réalité.

Le squelette en acte. Alors si on le ressent dans tout le corps, on a plus de chance de sentir dans ce petit corps, la main, sur le piano.

C’est une reformation de tout le système neurologique en tout cas.

 

Marie-Cécile :

D’accord. Donc vous, vous êtes pianiste. Et vous venez de quel pays ?

 

Alan Fraser :

Je suis canadien-anglais, qui vient de Montréal.

 

Marie-Cécile :

D’accord. Si quelqu’un voulait commencer à s’intéresser à vous, par quel livre vous lui conseilleriez de commencer ?

 

Alan Fraser :

  • Il y a un DVD « The craft of piano playing » qui a déjà les sous-titres français.

Mais le livre « L’art du piano » n’est pas encore traduit en français.

  • Le livre « Nos deux mains gauches » est déjà disponible.

Quelque soit le livre :

  • La personne vient avec une main complètement rigide. Elle doit se relâcher, voire même faire un exercice pour le bras.
  • Quelqu’un qui est complètement sans structure, trop relaxé, doit faire l’opposé.

Il faut lire, sentir. « De quoi j’ai besoin maintenant ? »  Ces livres sont utilisés dans les cours d’universités aux Etats-Unis comme le bien-être dans le mouvement au piano. Il y a des profs qui utilisent ce livre « Affiner l’image du soi pianiste » comme premier livre.

C’est possible de commencer avec celui-là.

 

Marie-Cécile :

D’accord. On le trouve dans toutes les librairies ?

 

Alan Fraser :

Ça va être disponible d’ici quelques jours dans toutes les librairies ou sur le site Editions Delatour.

 

Marie-Cécile :

Dans ce livre là en particulier, on a des exercices de prises de conscience dans le mouvement, de la structure avec des dessins.

 

Alan Fraser :

Oui il y a des exercices illustrés pour expérimenter sensoriellement la main avant.

 

Marie-Cécile :

Donc des exercices qui sont en dehors du piano.

 

Alan Fraser :

Oui. En dehors du piano. Et ensuite des exercices sur le piano. C’est un exercice de Franz Liszt pour que la main fasse comme les rayons d’une bicyclette.

 

Marie-Cécile :

Est-ce qu’on peut les faire tout seul ?

 

Alan Fraser :

Oui. J’ai essayé vraiment de le faire assez clairement. Il y a un cycle aussi avec des vidéos qui s’appelle pianotechnique.org.

Il y a beaucoup de leçons en français. On peut regarder les principes de ces livres en action liés avec une composition.

Ça montre comment faire les exercices. Nous avons un projet pour faire une petite illustration vidéo de chaque exercice.

 

Marie-Cécile :

J’ai vu qu’il y a aussi des extraits de partitions donc les exercices sont liés à des œuvres précises.

 

Alan Fraser :

Oui il y a une liste d’exemplaires musicaux.

 

Marie-Cécile :

C’est illustré aussi musicalement. Parce que souvent ce qu’on reproche aux gens qui s’occupent du corps c’est qu’ils oublient la musique.

 

Alan Fraser :

Exactement. C’était le plus grand danger et j’ai toujours conscient d’éviter ce danger.

 

Marie-Cécile :

Le but n’est pas de bien bouger, mais de produire du son. C’est pour ça que je voulais qu’on précise qu’il y avait aussi du répertoire. Le but est quand même le son et pas juste une belle chorégraphie.

 

Alan Fraser :

C’est central. On pense toujours que c’est une pratique artistique liée avec la musique, avec l’inflexion, une corrélation d’une harmonie.

Il faut de temps en temps parler de la main en isolation. Mais après il faut aussi lier.

 

Marie-Cécile :

Et bien merci beaucoup d’avoir parlé de ce livre !

 

Alan Fraser :

C’est avec plaisir.

 

Marie-Cécile :
Foncez chez les libraires ! Merci et au revoir.

 

Alan Fraser :

Merci et à bientôt.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :alan fraser

Apprendre le piano par les chansons, interview de Cécile Emery

Les deux volume de la méthode Apprendre le piano par les chansons

La méthode Apprendre le piano par les chansons, en deux volumes

Voici une interview réalisée au salon Musicora 2017 de Cécile Emery, co-hauteur de la méthode Apprendre le piano par les chansons.

Cette méthode est particulièrement intéressante pour former l’oreille harmonique, apprendre à accompagner des chansons et se former globalement sur la musique tout en apprenant le piano. Elle est extrêmement complète sur les différents aspects musicaux et se base sur un répertoire très varié, allant de la musique de film à Schumann, en passant par la variété ou les chansons de répertoire traditionnel français et populaire. Elle s’adresse aux enfants (à côté de la méthode traditionnelle), ainsi qu’aux adultes débutants (ou reprenant) le piano et souhaitant se former musicalement sur des bases solides.

Je vous laisse découvrir…

Transcription la texte de la vidéo :

Marie-Cécile

Bonjour Cécile.

Cécile Emery

Bonjour.

Marie-Cécile

Je voulais vous parler aujourd’hui parce que j’ai découvert dernièrement par le groupe Facebook « L’art d’enseigner le piano », votre méthode qui s’appelle « Apprendre à jouer du piano par les chansons ».

Ça m’intéressait beaucoup de vous rencontrer parce que c’est vrai que je regrette souvent que les élèves n’aient pas d’oreille, ne chantent pas intérieurement quand ils jouent, donc le titre m’a interpelé. Voilà.

Donc vous êtes Cécile Emery, et professeur de piano ?

Cécile Emery

Je suis professeur de piano au conservatoire d’Amiens depuis de nombreuses années. Et depuis disons une dizaine d’années, je travaille en collaboration avec Bruno Puren. Nous avons rencontré un jury de DE, c’était une bonne occasion de parler de pédagogie. Et depuis ce moment-là nous avons animé des stages ensemble. Et petit à petit une idée est venue de faire une méthode en commun parce que lui est professeur d’accompagnement, et moi de piano.

Marie-Cécile

D’accord.

Cécile Emery

Nous avons joint nos efforts pour faire une méthode piano et accompagnement. C’est-à-dire que l’un des objectifs c’est d’apprendre à jouer du piano, mais pour s’accompagner, pour s’accompagner lorsqu’on chante, pour accompagner un autre instrument également. Ne pas rester tout seul dans son instrument.

Et puis petite à petit, cette organisation autour des chansons a fait qu’on a monté toute une pédagogie progressive où on inclut la technique de piano mais aussi le travail de l’oreille. On travaille beaucoup avec la transposition. On apprend assez rapidement l’improvisation.

C’est une méthode globale de formation musicale et piano.

Marie-Cécile

D’accord. Il y a combien de volumes ?

Cécile Emery

Il y a actuellement 2 volumes.

Un volume « Apprendre le Piano par les chansons & leur accompagnement Volume 1 », volume bleu, qui correspond aux 4 premières années de piano à peu près. Il couvre le premier cycle des conservatoires.  C’est un ouvrage qui correspond aussi aux recommençants adultes qui, grâce au site internet, peuvent avoir les exercices et compléments d’informations qu’ils ne trouveront peut-être pas dans la méthode.

Un second volume « Apprendre le Piano par les chansons & leur accompagnement Volume 2 », volume orange, à partir de la 5ème année qui correspond au milieu 2ème cycle et 3ème cycle.

Donc c’est pour les enfants et c’est pour les adultes aussi.

Marie-Cécile

Donc le site internet c’est https://apprendrelepianoparleschansons.com.

C’est aux éditions Fortin-Armiane.

Cécile Emery

C’est ça. Éditeur de chansons, de chansons françaises mais également de pédagogie, de violoncelles… Voilà ils ont 2 registres.

Donc nous on était à la jonction entre la pédagogie et les chansons.

Marie-Cécile

Comment vous ait venu l’idée de cette méthode ?

Cécile Emery

Petit à petit je me suis aperçue que les élèves, comme vous l’avez dit tout à l’heure très justement, n’entendent pas assez ce qu’ils jouent, n’anticipent pas assez ce qu’ils vont jouer. Et je pense que l’éducation de l’oreille c’est une chose absolument primordiale dans l’éducation musicale, dans l’éducation pour le piano, la guitare, tout instrument. Il faut débloquer cette oreille, il faut entendre ce qu’on va jouer avant de le jouer.

C’est « avant de jouer c’est bien d’entendre jouer ». Ça ça me semble très important. C’est parti de ça.

On va développer les 2 lignes.

La mélodie. On la mémorise.

La ligne verticale. L’harmonie. À reconnaitre la couleur, les accords, aussi travailler la polyphonie, qui est une difficulté du piano.

Au cours des 10 chapitres de la méthode on aborde à peu près tous les sujets, les thèmes techniques, les façons de jouer.

Les mains ensembles, l’initiation à la polyphonie, la phase musicale, le jeu essencifie, les accords, le jeu rebondissant, les appuis, appuis et allègements, l’indépendance des mains, la polyphonie, le piano rythmé, et les déplacements. À chaque fois on met une thématique par chapitre.

Marie-Cécile

D’accord, tout ça sur le premier volume hein ?

Cécile Emery

Tout ça sur le premier volume.

Marie-Cécile

Donc il y a 2 volumes, mais j’ai cru comprendre qu’il y a du projet.

Cécile Emery

Nous avons un projet oui de volume intermédiaire. Je ne sais pas encore comment nous l’appellerons. Sans doute « Manuel pratique à l’usage ».

Alors là ce sera très ciblé, début de 2ème cycle, pour donner les clés d’organisation de travail, de méthode de travail, comment déchiffrer, comment accompagner une mélodie, comment s’organiser pour travailler. Enfin des choses très très concrètes mais toujours à base de chansons et d’exercices techniques.

On mélange toujours les 2.

Le répertoire, les chansons, les musiques de films aussi. Tous les styles.

Et puis le répertoire classique puisque le but c’est quand même d’amener les enfants et les élèves en général vers la grande musique, comme Schubert.

Marie-Cécile

Au niveau des âges vous l’avez dit vous l’avez dit tout à l’heure, cette méthode peut s’adresser à des enfants, à des petits, ou même des adultes.

Cécile Emery

Oui, moi je commence avec pour mes élèves de 6-7 ans. Comme c’est une méthode qui est assez dense puisque le cahier couvre 4 années, il faut intercaler d’autres morceaux, d’autres petites partitions, le professeur est libre de garder tout à fait ses méthodes habituelles, que ce soit la méthode rose ou une autre, et de l’intercaler au milieu du chapitre. C’est là le bien nécessaire.

Marie-Cécile

Donc là pour une formation vraiment complète. Ce n’est pas qu’une méthode de piano. C’est une méthode aussi, d’après ce que je comprends, globale, de formation musicale globale.

Cécile Emery

Voilà. C’est une nouvelle façon d’appréhender la musique qui semble assez importante je trouve à l’heure actuelle, où les enfants viennent au piano pour pouvoir jouer des choses qu’ils ont entendu à la radio ou sur internet, donc ils ont besoin d’avoir cette formation de l’harmonie et de l’oreille.

Marie-Cécile

Oui bien sûr. Donc au niveau de la progression le volume 1 est pour tout ce qui est du 1er cycle, et volume 2 plutôt à partir de la 5ème année voire plus.

Cécile Emery

Oui voire 3ème cycle. Moi je fais souvent travailler avec 3ème cycle. Après on pioche un peu à droite et à gauche. On prend suivant les thèmes qu’on veut aborder.

Si on a envie de travailler par exemple sur un chapitre un petit peu pointu, on va directement au chapitre 5. Si on veut travailler la polyphonie, là j’ai mis un exercice à chanter à 3 élèves différents. Et on peut le faire 1 au piano, 2 autres qui chantent, ou inverser.

C’est une façon aussi de travailler la pédagogie de groupe, qu’on peut travailler avec une classe de 15 élèves.

Marie-Cécile

Voilà c’est ce que vous m’avez dit tout à l’heure c’est possible effectivement de travailler à plusieurs.

Cécile Emery

Oui voilà. Un qui chante, ou même qui joue au violon, pendant que l’autre joue. C’est une méthode qui donne des idées aux professeurs.

Marie-Cécile

Oui, pour faire le lien entre les classes éventuellement dans les écoles de musique.

Cécile Emery

Absolument.

Marie-Cécile

Ça c’est un bon moyen parce que des fois on ne sait pas trop quoi faire pour intégrer les autres instrumentistes.

Est-ce que ça peut être travaillé par quelqu’un qui est sans professeur ou est-ce que ce n’est pas trop conseillé ?

Cécile Emery

Avec un adulte qui veut commencer tout seul oui. Je crois que c’est possible avec l’aide du site. Il peut aller compléter son enseignement sur le site par les exercices, par les conseils. On a mis beaucoup de conseils de travail, d’organisation.

Donc là je crois que c’est tout à fait possible. Il y a même des exercices de lecture de notes pour ceux qui prennent à la base.

Pour un enfant de 7-8 ans je crois que le professeur est indispensable.

Marie-Cécile

Et oui. On est d’accord. Donc au niveau du répertoire il y a un peu de tout d’après ce que j’ai vu.

Cécile Emery

Alors il y a un peu de tout. Si je prends le 1er volume on passe de Adèle à Bach, en passant par Bartók, Led Zeppelin, Harry Potter, musiques de films, Les choristes, Titanic, Chostakovitch…

Marie-Cécile

C’est vraiment très très varié. Films, variétés.

Cécile Emery

Mais on a à chaque fois cherché des belles chansons, des beaux textes. On n’a pas pris des choses qui ne nous plaisaient pas. C’est notre avis, ça ne peut pas plaire à tout le monde, mais ce sont des choses qu’on a vraiment choisies.

Marie-Cécile

Les notions solfégiques elles sont expliquées ?

Cécile Emery

Alors les notions solfégiques sont expliquées au début.

Il y a 2 pages qui s’appellent « La musique » et « Le corps et l’esprit ».

Le corps à gauche et l’esprit à droite.

Sur la page de gauche, avec quelques exercices de bases, de techniques.

Et puis sur la page de droite, l’esprit : les transpositions, les tons, demi tons, très symboliques, mais l’élève peut se référer à ces 2 pages du début à tout moment.

Ce sont les mêmes mots qui seront employés par la suite.

Marie-Cécile

Est-ce qu’il y a aussi des exercices techniques ?

Cécile Emery

Alors à chaque chapitre il y a des exercices techniques. On commence toujours l’exercice partout. Pour apprendre à faire un petit peu tout ce qu’il faut savoir faire au piano. Au début c’est très simple.

Jeu déplié, jeu détaché, savoir se déplacer, bouger son pouce d’une note sur l’autre.

À chaque chapitre on a un exercice qui correspond. Là le chapitre 2 ce sont « Les mains ensembles ». On va avoir des exercices d’appui. Sentir le poids du bras au bout de ses doigts. Et puis on a des exercices très basiques de 5 doigts. Des exercices digitaux.

Marie-Cécile

Très bien. On peut se la procurer où ?

Cécile Emery

On peut se la procurer dans tous les magasins de musique. À Paris il y en a dans à peu près tous les magasins de musique, et en province ça commence bien. On peut se la procurer chez l’éditeur également sur www.armiane.fr.

On peut aussi se la procurer sur le site de la méthode https://apprendrelepianoparleschansons.com/.

Marie-Cécile

D’accord. Et bien merci beaucoup Cécile Emery.

Cécile Emery

De rien.

Marie-Cécile

On rappelle aussi que c’est Bruno Puren qui est professeur au conservatoire du Mans, qui vous a aidé dans la création de cette méthode.

Merci beaucoup !

Cécile Emery

Merci à vous.

Marie-Cécile

Au revoir.

Merci à Cécile Emery pour sa gentillesse et le temps qu’elle nous a consacré.

Recherches utilisées pour trouver cet article :citations sur eleve qui veut apoprendre le piano, apprendre à s accompgner en chanson sur piano, enseignement piano, https://apprendre-a-jouer-du-piano com/category/methode/, comment apprendre des chansons sur le piano, piano souleven

La formation musicale en conservatoire, interview de Didier Courty

Comment enseigner la formation musicale, chanter et entendre juste, l’oreille absolue et relative, enseigner le rythme et la lecture de note. Autant de questions cruciales pour tout enseignant ou étudiant en musique. Je les pose à mon professeur de formation musicale au CRR de St Maur des Faussés.

Didier Courty est un enseignant qui sait se poser des questions et qui se donne beaucoup pour ses élèves. J’ai énormément de considération pour lui, car je lui dois beaucoup. J’ai enfin compris l’intérêt du “solfège” au cours des années passées dans sa classe. Il sait rire, plaisanter, ou se fâcher quand il faut secouer le cocotier. Mais surtout il donne du sens à sa matière avec un lien constant entre la théorie, l’écoute des oeuvres et l’instrument pratiqué. Il a une vision globale de la “formation musicale”.

Vous trouverez plus bas des liens vers les ouvrages cités, ainsi que des références que j’ai jugé utile.

Bonne écoute ! et abonnez vous à la chaîne Youtube pour être tenu au courant des prochaines publications de ce type !

La méthode de référence pour plusieurs générations d’étudiants :

 

Le livre de lecture de note de Michel Ricquier :

 

La méthode de Marie-Claude Arbaretaz :

 

Une interview pour découvrir Marie-Claude Arbaretaz, la musicienne derrière la pédagogue.

Recherches utilisées pour trouver cet article :jouer en formation musicale, méthode arbaretaz

Interview de Nathalie Béra-Tagrine sur sa méthode de piano

Le 22 avril 2017, j’ai eu l’immense honneur de pouvoir interviewer Nathalie Bera-Tagrine dans son studio de musique à Paris. Les informations que vous allez trouver dans cette vidéo sont extrêmement précieuses pour les professeurs qui utilisent sa méthode de piano, la méthode Tagrine, aux éditions Van de Velde. Une mine de petites perles pédagogique ! Prenez le temps !

Si vous êtes apprentis pianiste ou parent de petit pianiste, vous pouvez aussi y trouver des informations utiles, mais cette vidéo s’adresse plutôt à des enseignants.

La durée d’1h30 suppose que vous preniez le temps, avec l’ouvrage sous les yeux éventuellement… Les minutages ci-dessous vous permettront de l’écouter en plusieurs fois. Bonne découverte !

Vous pouvez aussi aller lire mon article sur la méthode Tagrine.

Pour être tenu au courant d’autres interviews de ce type ou tout autre contenu intéressant pour les enseignants, inscrivez-vous à la newsletter en bas de cette page.

Détail de ce que vous pouvez trouver dans la vidéo :

Le volume 1 n’étant pas en ma possession en ce moment, je n’ai pu mettre les numéros des pages que pour le volume 2.

Présentation générale :

Jusqu’à 08:19 Nathalie BT présente son parcours

08:20 Genèse et présentation de la méthode Tagrine (éditions Van de Velde)

12:20 Présentation des Pièces récréatives (éditions Van de Velde)

Volume 1 et divagations pédagogiques :

13:40 Présentation du Volume 1 de la méthode Tagrine, les premiers morceaux en mains alternées.

19:20 Valse de l’Elegant Chat (4 mains)

20:00 Présentation des Exercices Tagrine de la p.17, exercices de tenue, levées, legato, tenue de la main

27:38 enseignement, composition,

30:04 équilibre prof-concertiste, enseignement et développement pianistique personnel.

33:40 retour à la méthode, comment prendre les premiers morceaux.

34:45 Les mains ensemble avec La rencontre.

39:15 alterner la méthode avec quoi ?

40:50 exercice

44:00 passage du pouce. Par dessus, ou par dessous

48:35 Hommage à Bach.

51:50 compter

Volume 2 :

54:15 Volume 2

55:20 Chat nostalgique p.31

57:10 Lier les accords entre eux (toujours sur le Chat Nostalgique)

58:55 Les doubles croches p.39

59:10 Câlineries p.43

59:40 Le Défilé p.45

01:00:00 Polichinelle p.47 et Trois jeunes tambours p.49

1:01:00 Piano Bar p.56

01:02:00 Auprès de ma blonde p.60

01:02:00 L’épopée  p.63

01:04:08 l’Exilé p.66

01:06:55 les deux voix, Meunier tu dors p.74

01:07:40 Nostalgie p.77

01:08:40 Poliouchka Poli p.82

01:09:15 Là-haut sur la montagne p.86

01:09:23 Nuits de Moscou p.89

01:09:55 Le chat est énervé p.92 (Toccatina de Tchaïkovski)

01:11:15 Cours de danse p.97

01:12:14 Combien de temps pour la méthode ?

01:13:20 Les heures du matin de Czerny (n°5 sur les trilles)

01:14:55 le 3 pour 2 p.98

01:14:40 Souvenir d’enfance p.101 les arpèges (référence à Schuman)

01:20:02 Grande Valse p.104

01:21:15 Les Danseurs russes p.108

01:21:47 Sicilienne p.112

01:23:02 le Cat’s p.116

01:23:41 Katioucha p.120

01:24:00 Hommage à Mozart p.124

01:25:10 L’orage p.129

01:25:22 Le temps des fleurs p.133

Recherches utilisées pour trouver cet article :arpege methode russe piano

Interview d’Alain Stoffen du jeu Drôles de Notes

Voici aujourd’hui une interview d’Alain Stoffen qui nous parle de son super jeu de cartes Drôles de Notes, pour apprendre les notes de musique en s’amusant en famille. Cette entrevue a été réalisée au salon Musicora en avril 2017. Je m’excuse par avance pour la mauvaise qualité de la prise de son. Je ne savais pas à ce moment là comment faire mieux… Pour découvrir le jeu.

Transcription texte de la vidéo :

Marie-Cécile 

Bonjour Alain Stoffen. Je suis très contente de te retrouver aujourd’hui à Musicora. On est accueilli par le stand Qobuz aujourd’hui. Donc merci beaucoup Qobuz.

Je voudrais qu’on parle un petit peu de ton jeu, parce que j’en ai déjà parlé sur mon blog. J’ai fait un article que vous pouvez retrouver sur https://apprendre-a-jouer-du-piano.com/apprendre-a-lire-les-notes-en-samusant-en-famille/.

Pour présenter un petit peu ton jeu, j’aimerais que tu en parles. Comment t’ais venu cette idée de faire un jeu de société sur l’apprentissage des notes ? Quel a été ton but ?

Alain

L’idée de faire un jeu de société forcément c’était pas difficile à comprendre, parce que je sors d’une famille où on a une culture de jeux de société. Donc depuis tout petit, à chaque fois qu’il y a une réunion de famille, on est autour de jeux de société la plupart du temps. On passe des soirées absolument inoubliables à enchaîner des parties endiablées.

Et comme ça fait très longtemps que j’enseigne le piano, et forcément comme tout prof on a tous constaté que le solfège n’est pas forcément ce qui fait sauter de joie les enfants et même les adultes.

Ça fait très longtemps que moi, ce qui me tient à cœur en tant que prof, c’est de proposer une pédagogie où le plaisir est vraiment central. Donc forcément plaisir, jeu, solfège ça a fait un mélange dans ma tête. Et puis assez rapidement j’ai commencé à développer des petits jeux ludiques pour apprendre le solfège de façon sympathique.

Dans la foulée, petit à petit, je suis arrivé à dire « Maintenant je vais faire un jeu de société, mais un jeu de société où le jeu est tellement sympa, où les gamins sont tellement éclatés et pris par le jeu qu’ils en oublient l’apprentissage du solfège, et que l’apprentissage se fasse naturellement. »

Et c’est vrai que comme la majeure partie de mes élèves adorent jouer, adorent faire des petits boogies, des petits morceaux sympas, apprendre l’improvisation. Mais dès qu’il faut lire une note, c’est vraiment la croix et la bannière.

Du coup pour moi ça a été évident. Il fallait absolument un outil en premier pour justement apprendre à lire les notes. D’où « Drôles de Notes ».

Marie-Cécile

Voilà, donc le jeu s’appelle « Drôles de Notes », tu viens de le dire. Il est conçu pour apprendre la clé de Sol et la clé de Fa, jusqu’à 2 lignes supplémentaires il me semble.

Alain

Voilà c’est ça. En Clé de Sol on part du Do donc première ligne supplémentaire en-dessous de la portée que la portée jusqu’au Do deuxième ligne supplémentaire au-dessus de la portée.

Et en Clé de Fa, c’est pareil, c’est-à-dire qu’on part du Do deuxième ligne supplémentaire en-dessous de la portée, jusqu’au Do première ligne supplémentaire au-dessus de la portée.

Donc déjà à partir du moment où les enfants maîtrisent parfaitement ces notes-là, ils ont déjà un énorme confort. Et c’était le but du jeu.

Marie-Cécile

C’est un jeu où on a plusieurs niveaux de difficultés. C’est ça qui est l’avantage. On n’est pas obligé de déjà savoir lire ces notes. Au contraire, on apprend avec le jeu, progressivement, je crois que le premier niveau il y a 5 notes ?

Alain

Oui 5 notes. C’est-à-dire que pour moi le challenge était double.

Je voulais quelque chose qui soit extrêmement ludique, mais en plus je voulais aussi que les gens qui partent de zéro puissent aussi apprendre en partant de zéro.

Parce que c’était important.

Et en plus, ce qui est encore plus important, comme c’est un jeu, un outil pédagogique que j’avais destiné pour les familles, il fallait que les parents, que les grands-parents puissent aussi jouer. Et là plupart du temps, l’objection des parents c’est « Oui oui je veux bien mais je ne connais rien à la musique. Donc du coup je peux pas aider mon enfant. »

Alors que moi je voulais absolument que les parents puissent accompagner leurs enfants, ou pour les grands-parents leurs petits enfants dans cet apprentissage de la musique. Donc il fallait qu’ils puissent aussi, même s’ils partaient de zéro, prendre en main le jeu.

Parce que l’adulte dans le jeu va voir « le rôle de pédagogue ». C’est lui qui va guider l’enfant. Et comment faire en sorte que les parents puissent guider l’enfant s’ils ne connaissent pas la lecture des notes ?

Donc du coup on part à zéro. Il y a 4 niveaux d’apprentissage.

On part avec 5 notes au départ, aussi bien en Clé de Sol qu’en Clé de Fa.

En plus dans le petit manuel pédagogique qui accompagne le jeu il y a des anti-sèches. Donc au départ on peut tricher et utiliser des anti-sèches.

Ce qui est très sympa c’est que le « Drôles de Notes », on enseigne des petites parties qui sont très courtes, très dynamiques, très vivantes.

Il suffit de 2 ou 3 petites parties qui peuvent durer 2 ou 3 minutes, donc en 10 minutes on fixe très rapidement les 5 premières notes, on n’a plus besoin des anti-sèches, aussi bien pour les enfants que pour les parents. Après ils peuvent partir vraiment dans des petites stratégies du jeu.

Le but du jeu, j’ai avantagé les enfants, parce que les dés sont un peu pipés dans le sens où les enfants, dans le jeu, vont disposer de certains atouts dont ne disposent pas l’adulte. Du coup c’est pratiquement tout le temps l’enfant qui va gagner.

L’idée pour l’enfant, le but pour l’enfant, c’est de flanquer la super pâtée à l’adulte. Et ça ils adorent. Donc du coup ça c’est l’aspect motivation.

Marie-Cécile

Ça je confirme ! Ils adorent !

Alain

Moi en fait, quand je joue avec mes élèves, ce qui est très drôle, c’est que c’est rare que je gagne. Donc du coup mes élèves trouvent ça absolument aberrant de ma part d’avoir créé un jeu en tant que prof, où moi en tant que prof je perds.

Ce qui est très drôle, parce que j’ai plusieurs petits élèves qui sont dans la même classe, et comme je l’ai dit, le but pour l’enfant c’est de flanquer la pâtée, la raclée, à l’adulte.

Le jeu est basé sur le même principe que le Uno. Donc on a un certain nombre de cartes, il faut s’en débarrasser le plus vite possible. Celui qui perd, donc forcément l’adulte la plupart du temps, va avoir un certain nombre de cartes et va, en fonction des cartes qu’il va encore avoir en main, avoir des points de pénalités.

Donc l’enfant va essayer vraiment de faire en sorte que l’adulte est un maximum de points de pénalités et pour ça il a des petites cartes bonus, des cartes maudites, avec lesquelles il va vraiment pouvoir alourdir les points de pénalités.

Et ce qui est très drôle dans mes élèves quand j’étais dans ma phase test, parce que pendant un an je l’ai testé pour pouvoir complètement le paramétrer, il y avait 2 gamins qui étaient dans la même classe, qui avaient cours le même jour. Donc moi avec mes élèves je joue toujours 10 minutes ou un quart d’heure en début de cours.

Leur idée c’était vraiment de dire « Tiens voilà toi hier t’as eu un cours avec Alain, tu lui as flanqué 800 points de pénalités, et ben moi j’en ai fait 950 ! » Du coup ils faisaient la course tu vois, à qui aller en fait me flanquer la plus grande raclée.

Marie-Cécile

Oui j’ai constaté aussi la même chose.

Alain

Après il y a des profs qui ont dit « Voilà il faut, pour les parents ou les profs, monter une cellule psychologique parce qu’on fait que perdre ».

Mais en fait l’idée, en tant qu’adulte, en tant que prof, il faut jouer le jeu parce que ça permet vraiment de faire en sorte que les gamins sont tellement pris par le jeu, qu’ils vont développer en permanence des petites stratégies pour gagner, et en cherchant des petites stratégies, parce que ce jeu se joue à jeu ouvert.

D’habitude dans les jeux de cartes, on n’a pas le droit de regarder le jeu des autres parce que du coup on triche. Là on peut tricher parce qu’on joue à jeu ouvert. Donc tout le monde voit le jeu de l’autre adversaire.

Donc un gamin qui a envie vraiment de gêner l’adulte, de bloquer l’adulte dans son jeu, il va regarder les cartes qu’il a dans son jeu, il va regarder les cartes que l’adulte a dans son jeu, donc du coup en permanence, pour élaborer des petites stratégies, la gymnastique de lecture va être en permanence active. Donc il lit en permanence.

Du coup l’acquisition des notes se fait extrêmement rapidement.

Marie-Cécile

Oui, c’est vraiment un mode ludique effectivement. J’ai un petit Louis, si Louis tu me regardes, qui est très très très content de me mettre des points de pénalités à chaque fois.

Alain

Oui ils adorent !

Marie-Cécile

Voilà. Au tout début, les premiers cours, ils ne lisent pas forcément. Ils regardent juste la note. Mais en fait, petit à petit, ils sont obligés, quand ils apprennent le jeu, il y a une phase un petit peu plus tranquille où on n’est pas obligé d’utiliser toutes les cartes, les cartes maudites etc.

Donc on apprend petit à petit, et après on passe à quelque chose où automatiquement ils ont envie de savoir quel est le nom de la note, puisqu’ils sont obligés par le jeu lui-même.

Alain

Oui, c’est-à-dire que plus ils vont maitriser les notes, plus ils vont pouvoir élaborer des stratégies justement pour bloquer l’adulte. Et ça c’est vraiment l’élément clé de ce jeu.

C’est vrai que la pédagogie en tant qu’elle je l’ai développé depuis très longtemps. Après je voulais que le jeu soit tellement top et que les gamins soient vraiment pris par le jeu, soient motivés à fond, que développer la mécanique du jeu ça a été vraiment été la partie la plus importante parce que c’est vraiment ça qui donne le succès du jeu.

Aujourd’hui j’en ai vendu énormément et les retours sont super top. C’est vrai que tous les parents, tous les profs, tous les grands-parents, quand ils me contactent ils sont unanimes. Les gens adorent flanquer une pâtée aux adultes et en plus ils apprennent à lire les notes à une vitesse absolument incroyable.

Marie-Cécile

Oui c’est ça oui. Et donc ça peut être utilisé soit en cours, soit à la maison.

Alain

Oui. Initialement moi je l’ai créé comme étant un outil pédagogique à utiliser au sein des familles, parce qu’on joue soit un adulte contre un enfant, ou un adulte contre deux enfants, donc du coup en petit comité.

Mais c’est vrai qu’il y a beaucoup de profs qui l’utilisent au sein des cours. C’est vrai que quand on est prof particulier, forcément on est dans cette relation en tête à tête.

Marie-Cécile

Et on a un petit peu plus de temps aussi.

Alain

Voilà. C’est plus pratique. Après c’est vrai que quand on est cours d’FM, quand on a une classe devant soi, c’est un tout petit peu plus difficile à mettre en place.

Marie-Cécile

Oui tout à fait. Et ce jeu on peut le trouver actuellement par ton site ? On peut le trouver sur Amazon ? On peut le trouver où en fait ?

Alain

Le jeu est disponible sur le site http://droles-de-notes.com/.

Marie-Cécile

Très bien donc on le commande directement comme ça, on le reçoit par La Poste.

Alain

Ouais. Moi je traite les commandes en direct. Donc ça arrive chez moi, je passe tout de suite faire le petit colis, je le dépose à La Poste qui est juste à côté de ma maison donc c’est très rapide, et normalement, si vous êtes en France métropolitaine, vous avez le jeu sous 48H.

Marie-Cécile

Pour les francophones qui nous écouteraient, mais qui ne sont pas en France, pour l’instant c’est pas encore distribué à l’extérieur de la France ?


Alain

Si si. Ce qui est très bien c’est que je suis très copain avec les gens de La Poste et surtout celui qui s’occupe des comptes professionnels du coup il m’a très bien conseillé. Et les frais de port qui sont sur le site, qui sont de 5 euros, en fait c’est un prix unique pour toutes les destinations du monde entier. Parce que j’ai déjà eu des commandes d’Australie, du Canada, de la Guadeloupe, de la Martinique.

Marie-Cécile

Voilà donc aucun problème, n’importe où dans le monde on peut commander le jeu.

Alain

Exactement.

Marie-Cécile

D’accord. Très bien.

Merci beaucoup !

Alain

Merci Marie-Cécile !

Marie-Cécile

Et puis n’hésitez pas, c’est vraiment chouette, les petits enfants sont ravis de jouer. Ils cherchent des stratégies, ils regardent, ils inventent.

Moi je sais que mes petits élèves inventent même des nouvelles règles. J’en ai un qui, dernièrement, ne trouvait pas juste du tout que je n’ai pas droit aux cartes maudites. Alors il m’a obligé à prendre des cartes maudites.

Voilà ! C’est très très drôle.

Alain

Moi j’ai aussi un de mes petits élèves, et il est d’ailleurs sur une de mes vidéos sur mon site, parce que sur mon site il y a une page témoignages avec plusieurs de mes gamins, d’autres gamins, et des profs qui ont laissé leurs témoignages.

Et il y a un gamin notamment qui a, derrière mon dos, après il me l’a montré, il a créé un petit bouquin avec des dessins etc, qui explique, qui était destiné aux autres joueurs, où il apprenait toutes ces astuces et il voulait communiquer et partager toutes ses astuces pour gagner et pour tricher contre le prof. C’était « Le petit manuel du tricheur de Drôles de Notes » il l’avait appelé.

Marie-Cécile

Ah oui voilà, ça pousse la créativité.

Alain

Ouais, exactement. C’était le but.

Marie-Cécile

Merci beaucoup Alain et à bientôt !

Alain

Je t’en prie. À bientôt, tchao !

André Manoukian nous parle !

C’est avec beaucoup de joie que je vous offre ce moment partagé avec André Manoukian, le dimanche 30 avril 2017, après le concert “De l’Orient à l’Occident” donné à Musicora à Paris. Avec beaucoup de simplicité et de gentillesse il m’a accordé du temps, alors qu’il était attendu par ses amis pour se restaurer… Merci à lui !

André Manoukian est un pianiste français de jazz et très polyvalent. Il est également compositeur, auteur et même acteur. Il est bien connu du grand public pour sa participation à l’émission de télévision “La nouvelle star” sur M6 puis C8 (anciennement D8), ainsi qu’à “La vie secrète des chansons“. Il a créé dernièrement le festival de jazz Cosmojazz à Chamonix. Il intervient actuellement sur France Inter dans l’émission “Les routes de la musique” sur l’histoire de la musique, tous les samedi à 17h, dans laquelle il nous donne de merveilleuses petites leçons de piano à sa manière (voir sélection en dessous de la vidéo). Il est au coté de Jean-François Zygel dans “La grande nuit du piano“.

Pour en savoir plus sur André Manoukian et apprendre de lui, je vous propose une petite sélection de ses “leçons de piano” sur France Inter :

Les notes qui s’aiment.

La grande note commune.

Le silence c’est de la musique.

L’improvisation.

L’ extase ou sortir de la gamme.

Quand les textes chantent.

Continuer la lecture

Recherches utilisées pour trouver cet article :andre manoukian cours musique piano, Les leçons de Manoukian, Manoukian partition piano