Interview de Philippe Kaczmarek sur sa méthode de piano

J’ai eu la chance de rencontrer il y a quelques temps maintenant Philippe Kaczmarek du Tout Petit Conservatoire à Paris, au salon Musicora. Avec lui c’est le retour d’une interview comme j’aime les faire pour vous présenter un personnage, un auteur, une méthode et tout autre outil ou personne qui pourrait vous aider dans votre apprentissage. Mais ici il s’agit de vos enfants ou petits-enfants qui auraient entre 4 et 7 ans. Afin qu’ils apprennent à jouer du piano en mode ludique et créatif avant de se lancer plus en profondeur si vous remarquez des prédispositions.

Il nous présente ici sa Toute Petite Méthode de Piano, co-écrite avec Monique Gauché et éditée par ses soins. En dehors de la multitude de ses publications, vous pouvez retrouver son Tout Petit Conservatoire à Paris (19e) pour y inscrire vos enfants.

Sans plus attendre, voici plus d’explications en vidéo :

Vous pouvez retrouver la méthode de piano de Philippe Kaczmarek et toutes ses publications d’éveil musical ici :

http://www.ma-toute-petite-methode-de…

http://www.letoutpetitconservatoire.com/

 

 

Interview de Philippe Kaczmarek du Tout Petit Conservatoire

 

 

Marie-Cécile

Bonjour Philippe Kaczmarek. Je suis très contente aujourd’hui de vous interviewer pour mon blog. Vous êtes créateur d’une méthode que je connais bien puisque j’ai commencé à l’utiliser pour des petits il y a de ça 7 ou 8 ans. Et je voulais un petit peu savoir comment fonctionnait cette méthode.

Alors cette méthode s’appelle ?

 

Philippe Kaczmarek

Ma toute petite méthode de piano. Ce sont les éditions Le Tout Petit Conservatoire. Sachant que le Tout Petit Conservatoire est aussi un lieu d’enseignement où on donne des cours de piano et de musique aux tous petits. Entre 2 et 8 ans, les enfants arrivent par petit groupe de 4 maximum et 40 minutes une fois par semaine on donne des cours de musique poly instrumentale. On va de la batterie au piano, on souffle dans les trompettes, on gratte la guitare de façon à ce qu’ils aient un feeling pour chaque instrument. Qu’ils pèsent le gros trombone, ensuite le petit violon qui est fragile. Voilà. Je veux qu’ils aient une sensation, qu’ils connaissent le nom des instruments et puis surtout qu’ils manipulent de vrais instruments.

 

Marie-Cécile

D’accord. Donc vous êtes au départ vraiment centré sur l’éveil.

 

Philippe Kaczmarek

L’éveil musical surtout. Et après je passe la main aux écoles de musique ou aux conservatoires.

 

Marie-Cécile

D’accord, ok. Et donc vous avez créé une méthode pour le piano spécifiquement.

 

Philippe Kaczmarek

Absolument. J’ai rencontré une dame qui s’appelle Monique Gauché, qui a coécrit la méthode et que j’ai revu, corrigé et complété, et dans laquelle on va aborder le piano mais de façon complètement différente.

On va commencer par colorier des pianos. 3 types de pianos.

Ensuite l’enfant peut dessiner son propre piano.

On va positionner les mains pour expliquer qu’on joue avec tous les doigts.

Donc si on sait écrire les chiffres de 1 à 5 on l’écrit.

Et ensuite on commence par positionner le siège au milieu du piano, et montrer que le do en clé de sol est le même que le do en clé de fa.

Et c’est parti.

On n’a aucun blocage de lecture au niveau des deux clés. On commence directement la main droite en clé de sol, et la main gauche en clé de fa. Il n’y a pas d’à priori. Des petits morceaux, un petit peu de solfège.

Alors là un solo de 4 temps donc on voit, elle a dessiné et colorié.

Ce que je veux c’est que chaque enfant customise sa méthode et se l’approprie en la coloriant et en dessinant dedans. C’est possible.

 

Marie-Cécile

Très bien, et donc vous-même vous la pratiquez. Est-ce que vous la pratiquez avec des enfants tout seul ? Ou est-ce que vous la compliquez en groupe ?

 

Philippe Kaczmarek

Alors généralement les cours de piano se déroulent par 2. Pendant qu’il y en a un qui joue l’autre regarde ce que l’autre fait. Ce qui est très intéressant parce qu’on apprend aussi par l’erreur mais ce que je revendique c’est la faible durée de mes exercices.

Ils sont très très cours, comme ça on ne s’ennuie pas. On fait un exercice de 2 minutes. Voilà.

Il vaut mieux faire 12 exercices de 2 minutes qu’un exercice de 4, 5 ou 10 minutes. Et ce que je dis souvent à mes élèves, c’est : « Essaies de travailler 2 ou 3 minutes par jour plutôt qu’une demi-heure le samedi. » j’essaie d’inculquer le petit goût du quotidien, le travail au quotidien, ça c’est important.

 

Marie-Cécile

Quel est l’âge moyen des enfants ?

 

Philippe Kaczmarek

Elle est de 5 ou 6 ans. On peut commencer cette méthode sans connaitre le solfège, à partir de 4 ans.

Avec un parent qui n’y connait rien, il va pouvoir ouvrir la méthode, aider son enfant à placer le do, parce que tout est expliqué.

 

Marie-Cécile

Peut-on utiliser la méthode sans professeur ?

 

Philippe Kaczmarek

Il vaut mieux avoir un professeur au départ qui donne les bonnes positions, les bons gestes. C’est comme le geste du service au tennis. C’est pareil. Il faut bien placer les mains, bien au milieu, puis une fois que c’est parti je pense qu’on peut progresser.

 

Marie-Cécile

D’accord. Quel a été votre parcours ?

 

Philippe Kaczmarek

Je suis né dans une famille un petit peu de musiciens. Ma mère était pianiste et violoniste. J’ai commencé le piano à 3 ans avec l’oreille absolue. Il y a 50 ans on est allé voir des opérettes qui s’appelaient No no Nanette de La Route Fleurie, et en rentrant à la maison je monte l’escalier, je rejoue le thème principal, main droite main gauche.

Donc ma mère s’est dit « ah tient… ». Une semaine plus tard on va voir une deuxième opérette, La Route Fleurie, et je rejoue. La pompe à gauche et la mélodie à droite.

Et c’est parti comme ça. J’ai eu très vite l’oreille absolue. Ensuite j’ai fait des percussions, du tambour, pendant des années, des fanfares à Vichy, ensuite de la trompette et après j’ai eu un prix d’excellence à 16 ans en solfège.

Ensuite, pour aller vite, j’ai fait une école de commerce puisque ma mère voulait que je sois banquier. Et ensuite j’ai fait le Club Med pour apprendre à rigoler un petit coup.

Donc tout ça, ça m’a aidé.

Et quand j’ai eu des enfants, on les a mis dans un système d’éducation Montessori. Ça je ne connaissais pas du tout. Et pendant 7 ans j’ai travaillé en tant que prof de musique chez Montessori. Et là ça m’a permis de me soigner de tout soucis déficients qu’on m’a donné au conservatoire. Parce que j’étais une bête de conservatoire, donc là chez Montessori on m’a dit « C’est bien ce que tu dis Philippe mais c’est trop rapide, et il y en a trop ».

Donc pendant 7 ans je me suis soigné, j’ai ralenti, et ça m’a donné l’idée de faire des petits trucs vaporeux, où il y a peu de contenus par page, une petite activité. Et pur les tous petits qui ont 4 ans ça suffit largement. Des couleurs sympas, peu de contenus et surtout qu’ils aiment. Et les petits qui font du solfège avec moi me disent « Philippe est-ce qu’on peut faire le cahier ? » Ce n’est pas moi qui impose le solfège ou la lecture de note. Et le solfège ce peut être sympa !

Il suffit de le présenter correctement.

 

Marie-Cécile

Vous êtes-vous inspiré de la méthode Montessori ?

 

Philippe Kaczmarek

Ce que j’ai pris chez Montessori c’est le fait d’aérer, de ne pas trop donner à la fois.

Parce que je reste fidèle au conservatoire qui m’a formaté pour apprendre les notes et tout ça, donc le but quand on est dans Le Tout Petit Conservatoire pendant les cours c’est aussi d’apprendre le solfège pour arriver avec un an ou deux ans d’avance, à 6 ou 7 ans au conservatoire. Au vrai conservatoire.

Donc ce que j’ai pris chez Montessori effectivement c’est le recul.

C’est de savoir « Ne va pas trop vite, Répète, ce qu’on ne fait pas aujourd’hui on le fait demain ». Et c’est tout ce côté que je n’avais pas quand j’étais au conservatoire. Parce qu’on prend le temps et on respecte chaque petite individualité. Tout le monde est différent donc on n’a pas un programme formaté pour tout le groupe mais chacun à son rythme.

 

Marie-Cécile

La méthode existe en deux volumes. Quels sont les âges appropriés pour chacun ?

 

Philippe Kaczmarek

4 ou 5 ans, et puis le deuxième 6 ou 7 ans. En fait, ce n’est pas un problème l’âge. C’est simplement un problème de niveau. C’est-à-dire que si on est débutant, on va passer un certain temps, l’enfant de 4 ans par exemple va mettre une semaine ou deux à faire le premier exercice, l’enfant de 7 ans va le faire en une heure. Vous voyez ?

Ce qui compte c’est d’acquérir la connaissance dans de bonnes conditions, en étant heureux. Et c’est ça le but de mes méthodes. C’est que l’enfant soit heureux.

 

Marie-Cécile

D’accord. La méthode aborde-t-elle des notions de solfège ?

 

Philippe Kaczmarek

Absolument. Tout est expliqué. Ça va de pair. La langue de la musique est une langue qu’on apprend comme l’alphabet.

Donc on apprend le piano et on apprend aussi à écrire les notes, à les situer, à les lire sur la partition et on apprend les petites notations rythmiques. La ronde, où là ici, 1 – 2 – 3 – 4, ça vaut 4 temps. Tu refais le même dessin en dessous, 4 petits temps.

 

Marie-Cécile

Vous faites beaucoup dessiner les enfants…

 

Philippe Kaczmarek

Oui, pour intégrer la notion de division. Là on divise déjà la ronde en 2 blanches et puis après en 4 noires. Tout ça, ça doit passer par la parole, par l’œil et par le dessin. Parce que ça renforce et en plus ça complémente le travail de l’école. Parce que l’enfant commence par aller à l’école, ils aiment bien gratouiller, écrire, dessiner. Donc voilà. C’est un petit peu scolaire mais sans être pénible ou trop triste.

Il y a des petits éléphants à colorier… j’aime bien que l’enfant colorie sa méthode. Ce qui moi, de mon temps, était impossible. Ça ne passait pas du tout.

 

Marie-Cécile

Oui bien sûr. Les morceaux sont spécifiques à la méthode ?

 

Philippe Kaczmarek

Elle s’appelle Monique Gauché, qui a créé la méthode, et qui est venue me voir il y a 4 ou 5 ans voir même un peu plus sur Musicora avec ce projet-là. Elle avait peu de pages et moi avec mon statut d’éditeur, ma capacité à reprendre un peu le dossier et le gonfler et mettre ma patte personnelle avec la clé de fa, la clé de sol et tous les petits délires personnels, ça en fait une méthode de 106 pages.

 

Marie-Cécile

Avez-vous un site internet sur lequel on peut vous retrouver ?

 

Philippe Kaczmarek

J’ai développé 2 sites internet. Il y en a un qui s’appelle http://www.ma-toute-petite-methode-de-piano.com/, vraiment centré sur les 2 méthodes de pianos.

Et l’autre plus généraliste qui s’appelle http://www.letoutpetitconservatoire.com/, où là vous allez trouver toutes les productions.

J’en suis à 10 productions en papier, plus les fiches gratuites à colorier, c’est-à-dire que vous faites un sujet sur Mozart par exemple, vous allez sur le site, vous imprimez la fiche sur laquelle il y a une toute petite bio et des petits renseignements, et pendant que vous écoutez la musique, vous montrez l’instrument, vous pouvez demander à vos élèves de le colorier. Donc tout ça c’est gratuit sur le site.

Et j’ai pas mal de corrections aussi dans les volumes de solfège en ligne. Et puis je fais beaucoup d’animations, beaucoup de prestations en crèches. Et puis avec mon école, j’ai une centaine d’élèves. Du lundi au samedi on y va, on fait de la musique en s’amusant.

 

Marie-Cécile

Quelle est l’adresse de l’école à Paris ?

 

Philippe Kaczmarek

C’est du lundi au samedi, ce sont des cours par petit groupe, de 1 à 4 enfants, et les parents comme les enfants peuvent assister aux cours, parce que ce que je veux c’est que l’enfant soit heureux. C’est au 20 rue de Nantes, Paris 19ème.

 

Marie-Cécile

Merci beaucoup Philippe Kaczmarek pour cette interview, et longue vie en musique au Tout Petit Conservatoire.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *