Comment avoir toutes ses partitions avec soi et partout !

Lorsqu’on a joué beaucoup de morceaux dans sa vie, qu’on veut les reprendre pour se constituer un répertoire, il devient difficile d’avoir une vision d’ensemble et d’avoir tout avec soi tout le temps.

C’est là que les nouvelles technologies interviennent !

Nous avons la possibilité de scanner très facilement tous les morceaux de notre répertoire pour les avoir sur une tablette numérique. Je vous explique dans cette vidéo comment je fais concrètement, et avec quelles applications je travaille.

Voici ci dessous les liens vers les sites dont je parle :
Le site énorme de partition gratuite IMSLP
Scannable
Forscore
Newzik et des accessoires intéressants pour le passage du pianiste au numérique

 

Comment avoir toutes ses partitions avec soi et partout !

Votre partothèque mobile

 

 

Bonjour et bienvenue sur le blog apprendre-a-jouer-du-piano.com.

Aujourd’hui je voulais vous parler de cette possibilité maintenant extraordinaire de pouvoir avoir toute une bibliothèque sur un engin comme ceci que je ne nommerais pas.

 

Bien sûr, c’est grâce à des applications. Moi j’utilise :

  • ForScore
  • Newzik

Il y en a pleins d’autres mais moi j’utilise ces deux-là.

 

 

Pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui ?

C’est parce que je m’y suis mise il y a quelques mois et j’ai donc scanné tout mon répertoire et je l’ai mis sur ma tablette.

Et maintenant, où que j’aille, j’ai mes partitions avec moi. Même si je pars en vacances. Même si je n’ai pas de piano. J’ai tout mon répertoire avec moi. J’ai aussi tout le répertoire de mes élèves. J’ai aussi tout le répertoire que j’aimerais aborder.

Ça me permet :

  • D’avoir une mobilité beaucoup plus facile, beaucoup plus rapide
  • De travailler mon piano un peu où que je sois, même si je n’ai pas de piano

Parce que je travaille aussi régulièrement mon piano juste en travaillant l’écoute et en jouant du piano dans ma tête.

Je vous conseille de le faire, c’est particulièrement efficace.

Bon bien sûr il faut avoir quelques années de piano parce qu’il faut que vous ayez déjà une mémoire de votre clavier et que vous connaissiez bien votre clavier avant d’avoir ce type de sensations.

 

 

Je voulais donc vous présenter ça et je sais qu’il y a quelques petites objections chez certaines personnes.

 

Le regret du papier

Ce n’est pas parce que j’ai tout mis sur ma tablette que maintenant je ne travaille pas sur partitions. Ce n’est pas du tout la même chose. Je travaille sur partition la plupart du temps.

Je travaille sur des partitions et j’ai aussi mes partitions que je photocopie parce que je ne travaille pas forcément sur la partition mais sur une photocopie à côté. J’ai le droit de faire la photocopie puisque j’ai la partition qui est achetée.

Je travaille sur papier pour pouvoir mettre mes doigtés.

Ça dépend des moments en fait.

Je choisis en fonction. L’un ne remplace pas l’autre à mon sens.

 

C’est trop petit

Effectivement, c’est plus petit qu’une page A4, mais sachez qu’on a la possibilité quand on l’oriente comme ceci de l’avoir exactement de la même taille qu’une feuille A4. Alors pas comme une partition classique, mais en tout cas avec une feuille A4.

Pour travailler, moi je trouve que ça me va très bien parce que je travaille en général des petits morceaux de la partition. Donc je me mets sur le petit morceau de la partition que je suis en train de travailler.

Ça me permet en plus du coup d’être complètement concentrée sur ce passage-là.

C’est vrai que cette histoire de taille est un souci qu’on peut régler en prenant des grandes tablettes.

Le fabriquant de la pomme en fait de la même grandeur pour les pros, de format A4. Vous pouvez donc avoir la même grandeur qu’une feuille de partition normale.

L’inconvénient à mon sens c’est que ça devient plus lourd à transporter. Et je trouve que la taille qui est juste un petit peu en-dessous suffit tout à fait.

Moi je ne travaille pas uniquement là-dessus sinon on finit par avoir les yeux qui tirent si on est trop en lecture et si on est trop dans le début de l’apprentissage.

Maintenant, rappelez-vous que sur une tablette on peut grossir. Et là du coup c’est même plus gros que sur une partition.

Donc si on a une mesure qui demande beaucoup de travail et beaucoup d’attention, on peut se concentrer uniquement sur celle-là. Et là pour moi c’est vraiment un bon atout parce qu’il est difficile parfois de se concentrer sur des passages quand on voit tout le reste à côté.

Si on est uniquement centré dessus et qu’on voit que celle-là, ça permet vraiment de vraiment plus se concentrer dessus.

 

Comment on passe les pages

Il suffit de tapoter comme ça l’écran en bas à droite. Et si on veut retourner, on tapote en bas à gauche.

Là il se trouve que j’ai qu’une seule page à la fois alors que sur ma partition normale j’ai évidemment 2 pages. Donc je vais être obligée de tourner la page plus souvent.

C’est vrai, mais on a maintenant des petites pédales.

Une pédale Bluetooth qu’on relie à la tablette. Si j’appuie à droite ça va tourner ma page à droite, et si j’appuie à gauche ça va tourner ma page à gauche.

Alors il faut un petit temps d’adaptation. Une vidéo arrive à ce sujet pour vous raconter comment j’ai fait pour apprendre tourner ma page avec mon pied gauche alors que mon pied droit fait un geste différent pour la pédale.

Et ça, au début je peux vous dire que c’est assez troublant. Mais c’est comme tout, ça s’apprend.

Et après on est vraiment libéré de la tourne de page.

Donc oui il faut la tourner plus souvent, par contre le pied permet de ne plus du tout avoir besoin des mains pour tourner la page. Je trouve ça assez chouette.

J’ai aussi la possibilité d’avoir les 2 pages en même temps qui s’affichent. Bien sûr c’est encore plus petit, mais l’avantage que j’y vois c’est de pouvoir travailler les enchaînements entre les pages.

Ce sont des choses qui, souvent quand on travaille, posent problème en fin de double page. Souvent on s’arrête à la fin de la double page et on travaille beaucoup moins souvent le lien avec la page d’après.

L’avantage là c’est que je peux soit le présenter avec les 2 premières pages, soit avec la 2ème et la 3ème page etc.

Donc je peux travailler les liens, ce qui n’est pas possible sur mon papier.

L’inconvénient, c’est pour les partitions qui ont beaucoup de reprises.

Là il faut vraiment beaucoup pédaler avec son pied gauche pour pouvoir passer les pages et parfois on a tendance à s’emmêler. Donc ça je pense qu’il y a un gros travail à faire si vous avez besoin de vous en servir.

Si vous jouez avec un groupe, un ensemble, on est obligé de tourner beaucoup les pages. Donc c’est très avantageux parce que vous n’avez pas forcément besoin de vous trimbaler avec toutes vos partitions. Par contre si vous avez beaucoup de reprises, là ça risque de vous faire tromper.

C’est un petit peu le revers de la médaille.

 

Comment on fait au niveau des doigtés

J’ai un stylet qui permet d’écrire directement dessus. On écrit vraiment très facilement et en plus on peut effacer aussi très facilement les doigtés, ou même les anciens doigtés qui ne nous plaisent pas.

Ce qui n’est pas possible sur une partition papier.

Donc je trouve ça vraiment chouette.

Si l’éditeur a mis un doigté dont je ne veux pas, je peux aussi l’effacer. Donc ça a une certaine souplesse le numérique que je trouve très appréciable. J’y vois vraiment beaucoup d’avantages.

 

  • On peut écrire les doigtés.
  • On peut travailler les passages les uns aux autres.

Au lieu de se transporter des camions de partitions, on a tout dedans.

 

Comment je fais pour scanner ?

J’utilise une application qui s’appelle Scannable, qui est une application qui est maintenant publiée par Evernotes d’après ce que j’ai compris.

Une fois scanné, je la recadre simplement, je valide, je la nomme, et je l’enregistre où je veux.

Et je peux donc la retrouver sur mon application ForScore.

Ça me garde la qualité et en plus, avec les 2 applications, je peux réduire les côtés et gagner sur les côtés.

Le gros avantage c’est qu’on peut faire des listes.

Maintenant j’ai 702 partitions. Je vous laisse imaginer ce que ça peut faire si je transporte tout en papier.

702 partitions qui sont sur mon mur dans mes étagères ainsi que celle que j’ai sur le site IMSLP, qui est un site de partitions libres de droit.

 

La classification

Elles peuvent être classées par différentes manières :

  • Par titre
  • Par date
  • Par auteur
  • Par difficulté
  • Par mots clés
  • Par étiquette

Bref, tous les avantages du numérique.

C’est vraiment un bon atout, après libre à nous après de faire attention de ne pas nous laisser complètement happer par le numérique.

Ne pas oublier qu’au niveau des yeux on est très centré sur une petite zone et que de temps en temps il faut étirer les yeux sur les côtés.

Et puis bien sûr si par ailleurs on regarde beaucoup de films sur la tablette, sur le téléphone etc, on peut se courber et qu’il faut de temps en temps redresser la tête etc.

Ça a des inconvénients comme toute amélioration, à nous de nous adapter et de ne pas oublier de rester humain.

 

 

J’espère que cette vidéo vous a plu et qu’elle a répondu aux questions éventuelles que vous pourriez avoir.

Travaillez bien votre piano, abonnez-vous à la chaîne et allez faire un petit tour sur le blog.

 

Allez, au revoir !

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :comment jouer plus vite violon, https://apprendre-a-jouer-du-piano com/partitions-avec-soi-partout/, jouer au partition, partition pour apprendre le piano, youtube je voudrai la partition solfege de piano de nos souvenirs
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

6 réflexions au sujet de « Comment avoir toutes ses partitions avec soi et partout ! »

  1. Bonjour Marie-Cécile.
    Merci pour vos 2 vidéos consacrées à la tablette numérique + pédale s’y afférant.

    Plusieurs choses me chiffonnent.
    En effet, comme je joue du piano à la fois seul et en groupe, j’étale mes partitions grandeur nature A4 et je fais souvent des reprises. Pas évident donc avec votre système.
    De plus il me faut un écran A4 minimum car je joue d’affilé mes mesures et j’apprécie de pouvoir y jeter un coup d’oeil rapide. Il faut que ce soit assez grand et lisible pour moi.
    Pour ma part, je n’apprécie pas votre système.

    Mais le problème majeur c’est que vous ne nous parlez pas du tout du coût réel d’une telle tablette numérique. Surtout si c’est du “Apple” !
    Il me semble que nous autres joueurs amateurs de piano n’avons pas tous forcément les moyens financiers pour de tels achats onéreux. À moins que vous puissiez nous subventionner ou que vous ayez des prix et des remises intéressantes sur de tels produits “hi-tech” ??

    Pour ma part je ne peux pas m’offrir ce genre de matériel conséquent.

    Je resterai donc avec mes bouquins de partitions papier photocopiées qui me conviennent toujours très bien.

    Chacun donne son avis.
    En voilà donc un qui ne va pas forcément dans votre sens. ☺

    Dans l’attente de vos prochaines vidéos toujours aussi captivantes et bien réalisées.

    Bien à vous
    Rémi

  2. Merci pour ces infos. J’envisage d’acheter une tablette mais pouvez-vous me dire si les partitions scannées prennent beaucoup de place. Faut il envisager une grande capacité de stockage pour les partitions, sachant que je n’envisage pas de stocker beaucoup d’autres choses…. Merci d’avance pour votre réponse.

  3. Merci pour ces renseignements Marie Cecile .
    Pour ma part, en qualité de grande débutante, je scanne et agrandis la zone de la partition que je travaille. Je me suis inspirée des cahiers “grandes lignes” que l’on donne aux enfants qui apprennent à écrire. Je vais essayer ces nouvelles applications qui me semblent moins archaïques que ce que j’entreprends.
    Un grand merci pour tous vos conseils.
    Cordialement, Annick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *