Comment comprendre la différence entre binaire et ternaire

Je réponds dans cette vidéo à la question posée sur ma chaîne YouTube (Marie-Cécile Baritou). Cette question était : “Pourriez vous expliquer la différence entre le binaire et le ternaire. Quel est l’impact sur le jeux ? Est ce que cela s’entend ? merci

Pensez à vous abonner à la chaine ! 😉

Transcription texte de la vidéo :

Bonjour,

 

Je voulais répondre aujourd’hui à une question qui m’a été posé dernièrement sur ma chaine YouTube.

« Quelle est la différence entre le binaire et le ternaire ? »

  • A quoi ça correspond ?
  • De quoi s’agit-il et en quoi ça change le jeu au piano ou dans la musique ?

 

 

Pour bien comprendre cela, il faut être capable de diviser une pulsation.

Une pulsation c’est quelque chose que je vais taper de manière régulière. Un bruit quelque part qu’on fait de manière régulière.

Tap – – – Tap – – – Tap

 

Et dans cette pulsation qui découpe le temps, je vais mettre plusieurs pulsations.

Je vais diviser ce temps que je suis en train de taper en deux ou en trois.

Tap – 1 – 2 – Tap – 1 – 2 – Tap

Là, j’ai divisé cette pulsation que je tape avec mes mains en deux.

Maintenant je vais la diviser en trois.

Tap – 1-2-3- Tap – 1-2-3- Tap

 

Vous voyez, c’est régulier aussi dans ce que je dis. Je ne fais pas des paquets. Je dis ma petite pulsation avec les numéros de manière très très régulière.

 

Quelle est la différence entre ce que je dis et ce que je tape ?

Ce que je tape, ce que j’ai décidé de taper là, c’est la pulsation. Le temps.

 

Il faut bien comprendre :

  • Qu’il y a plusieurs niveaux dans le rythme de conception.
  • Qu’il y a plusieurs niveaux de rapidité.

 

Il faut bien comprendre les termes qu’on emploi en rythme et les notions.

 

Dans le rythme il y a plein de niveaux, de grandeurs.

Un petit peu comme si vous preniez une photo et que vous la regardiez de près ou de loin.

En rythme on a, si on regarde sur le morceau, des passages, des parties.

 

Le rythme

Par exemple on va avoir des morceaux qui vont être en A – B – A sur une partie etc.

A ce moment-là c’est le rythme global, entier, de la pièce.

On appelle ça aussi du rythme.

 

La carrure

Après si je fais plus petit, si je me rapproche un petit peu, là on va trouver les carrures.

Les carrures c’est un ensemble de mesures regroupées qui vont former des phrases.

Et à ce moment-là il va y avoir des carrures de, en général, 4 mesures ou 2 mesures, qui vont former des phrases.

Et là aussi on peut parler de rythme parce que des fois il y a des carrures plus ou moins grandes, des accélérations, des décélérations dans ces carrures.

 

La mesure

La mesure c’est quoi ?

C’est, sur les partitions, ce que vous voyez entre les grandes barres verticales qui croisent toutes les lignes de la grande portée de clé de sol, de clé de fa, qui traversent tout.

Dans cette mesure vous pouvez avoir la plupart du temps :

  • 2 temps
  • 3 temps
  • 4 temps

 

Les temps

Qu’est-ce que c’est que les temps ?

Je me rapproche encore. Les temps c’est, à l’intérieur des mesures, quand je tape mes pulsations, ce sont les pulsations qui délimitent les différents temps dans les mesures.

Là j’insiste sur le fait que la pulsation et le temps c’est pas tout à fait la même notion.

 

  • La pulsation délimite de temps.
  • Le temps c’est ce qui se déroule entre chaque pulsation.

 

 

Le débit

Si je me rapproche encore dans le temps et que je rentre à l’intérieur du temps, là on a des petites pulsations également. On a des divisions du temps.

Et ces divisions ont plusieurs noms en fonction du style dans lequel vous êtes.

Souvent on peut l’appeler le débit interne à l’intérieur du temps.

 

 

 

Et c’est là où on va parler de la différence entre binaire et ternaire.

 

  • Vous pouvez avoir une mesure qui à 2 temps, qui est en binaire ou en ternaire.
  • Vous pouvez avoir une mesure à 3 temps, qui est en binaire ou en ternaire.

 

 

  • Ce n’est pas parce qu’on est à 3 temps qu’on est en ternaire.
  • Ce n’est pas parce qu’on est à 2 temps dans chaque mesure qu’on est en binaire.

 

C’est à l’intérieur du temps. C’est de ça dont on parle. C’est le début en-dessous dans le temps.

 

Voilà pourquoi au tout début j’ai commencé par cet exercice de pulsation, de temps, en comptant dedans le débit à l’intérieur du temps et non le temps.

 

Pour ceux qui me suivent depuis un certain temps, j’avais fait un podcast il y a quelques mois sur cet exercice-là.

Pour moi cet exercice est fondamental. Il est tout simple.

Vous tapez une pulsation et vous comptez le débit et de manière très régulière.

 

Je vous mettrais le lien en-dessous de la vidéo vers ce podcast si vous voulez travailler cet exercice, parce que pour moi c’est vraiment très important et c’est pourtant tout simple.

 

  • Donc quand on est à un débit interne qui se découpe par 2 à l’intérieur du temps on est en binaire.
  • Et quand on découpe le temps par 3 on est en ternaire.

 

 

Comment concrètement au piano ça se passe ?

 

En fait c’est des appuis que vous allez sentir régulièrement.

 

Exemple du ternaire :

Sur ce thème-ci, j’ai un appui là, et un là. J’ai 2 temps dans cette mesure.

Vous voyez, je suis à 2 temps, mais à l’intérieur je peux diviser mon temps en 3.

Je vais maintenant compter. Je ne compte plus les temps mais les subdivisions à l’intérieur du temps.

 

 

Petite astuce

Au bout d’un moment, on ne sait plus ce qu’on compte.

  • Est-ce qu’on compte les temps ?
  • Est-ce qu’on compte le débit ?

Donc vous pouvez compter à l’intérieur du temps, mais d’une autre manière qu’avec des numéros parce que sinon vous allez confondre avec les temps.

Vous pouvez dire :

  • Et – Puis
  • Et

 

Alors, j’arrive, parce que là vous devez vous dire « Mais qu’est-ce qu’elle me dit ?! ». On va faire simple, je suis une mesure à 2 temps.

  • Je compte les temps :

1 – 2

  • A l’intérieur du temps je vais dire :

Et (pour le binaire) : 1 – Et – 2 – Et – 1 – Et – 2 – Et

Et – Puis (pour le ternaire) : 1 – Et – Puis – 2 – Et – Puis – 1 – Et – Puis – 2 – Et – Puis

 

Ça permet de diviser l’intérieur du temps mais de ne pas perdre le comptage des temps en même temps.

Alors bien sûr au début il faut prendre l’astuce.

Voilà ça c’est une petite astuce pour comprendre le ternaire.

 

 

Maintenant je vais vous donner un exemple du binaire.

Ce thème-là est en binaire.

Vous allez le comprendre. Je suis à 3 temps. Je commence par le 3ème temps. J’entends à 3 temps, mais le débit interne je l’entends à 2 temps. Il se découpe en 2.

Ce qui me fait 1 – Et – 2 – Et – 3 – Et – 1 – Et – 2 – Et

Je vais le ralentir beaucoup pour que vous l’entendiez bien. Ecoutez bien.

Vous voyez j’ai un appui.

  • C’est quoi finalement les temps ?

C’est un appui qu’on a à espace régulier.

Donc là on est en binaire et on a une division par 2.

 

 

Maintenant je vous ai trouvé un exemple de ternaire.

Là on est aussi à 3 temps comme ça ça permet de bien comparer les 2.

1 – 2 – 3 – 1 – 2 – 3

On met bien en place cette pulsation en premier.

Et dedans on rajoute :

1 – et – puis – 2 – et – puis – 3 – et – puis – 1 – et – puis – 2 – et – puis – 3

Je ne fais que la main gauche pour l’instant. Et ensuite je mets la main droite.

Vous voyez ?

On a 3 temps et dans chaque temps on a une division du temps par 3.

 

 

Dernière petite transformation de ce morceau-là.

Je vais le transformer en binaire.

Du coup je ne peux pas tout jouer bien sûr. Je ne peux pas jouer toutes les notes puisque je suis obligée d’en enlever puisque j’en avais 3 avant et maintenant j’en aurais 2.

Je vais mettre 2 notes avec exactement la même succession harmonique.

Ça va me donner :

1 – et – 2 – et – 3 – et – 1 – et – 2 – et – 3

 

 

Donc pour résumer :

  • En binaire : 1 – et – 2 – et – 3 – et – 1 – et – 2 – et – 3

 

  • En ternaire : 1 – et – puis – 2 – et – puis – 3 – et – puis – 1 – et – puis – 2 – et – puis – 3

 

 

Voilà nous avons terminé maintenant cette vidéo.

J’espère que vous avez compris la différence entre le binaire et le ternaire sur le plan auditif.

 

Si vous avez aimé cette vidéo Likez la, aimez la, et partagez la à vos amis.

 

On se retrouve bientôt pour une autre vidéo.

Au revoir.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :DIFFERENCE ENTRE BINAIRE ET TERNAIRE, commen trouver les mesures binaire ternaire, pulsation binaire ou ternaire, différence entre les binaire, mesure binaire ou ternaire
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

5 réflexions au sujet de « Comment comprendre la différence entre binaire et ternaire »

  1. Question subsidiaire pour revenir aux temps par mesure. Pourquoi un compositeur décide-t-il d’opter plutôt pour 2/4, 3/4 ou 4/4 si c’est en binaire ou en 6/8 ou 9/8 ou 12/8 si c’est en ternaire ? Je me souviens vaguement d’un cours de solfège… Mon prof nous avait dit qu’à l’écoute d’un morceau, on pouvait savoir si c’était écrit en 2 temps, 3 temps ou 4 temps. Autant je pense être capable, surtout après ton article, d’entendre si c’est du binaire ou du ternaire mais pour le nombre de temps par mesure, j’y parviens mais en regardant le chef d’orchestre !!! Merci de ta réponse.

    • Alors c’est une histoire de temps fort (1er temps de chaque mesure) et temps faible (les autres). C’est un “coup” à prendre. Mais en général il faut écouter les changements d’harmonies (d’accords) qui sont la plupart du temps sur les temps forts. Donc bien écouter la basse pour pister le “rythme harmonique”. Merci pour cette question pertinente !

  2. Merci Marie-Cécile pour ces explications ! J’ai une question… concernant le Triolet que l’on trouve en binaire et plus rare, le duolet qui m’a posé quelques petits problèmes rythmiques dernièrement (Clair de Lune de Debussy). Alors que je suis plutôt à l’aise avec le rythme, je trouve que ce n’est pas évident de jouer ces deux figures de rythme sans que ce soit bancal. Peux-tu m’aider ?

    • Il faut faire l’exercice du podcast suivant : https://apprendre-a-jouer-du-piano.com/exercice-base-rythme-debutant/
      Et c’est la même chose que de passer de binaire à ternaire, mais juste sur un seul temps. C’est pour ça que c’est pas évident du tout. C’est normal d’avoir du mal, car c’est plus facile de s’installer sur plusieurs temps dans une division par deux ou par trois.
      Il faut donc s’entrainer à réduire le nombre de temps divisé par deux ou pas trois. Par exemple :

      – 6 temps divisés par deux en comptant 1 et 2 et 3 etc… puis 6 temps par trois en comptant 1 et puis 2 et puis 3 etc… puis de nouveaux 6 temps en binaire, puis 6 temps en ternaire plusieurs fois (toujours avec métronome).

      – 4 temps divisés par deux en comptant 1 et 2 et 3 etc… puis 4 temps par trois en comptant 1 et puis 2 et puis 3 etc… puis de nouveaux 4 temps en binaire, puis 4 temps en ternaire plusieurs fois

      – 3 temps divisés par deux en comptant 1 et 2 et 3 etc… puis 3 temps par trois en comptant 1 et puis 2 et puis 3 etc… puis de nouveaux 3 temps en binaire, puis 3 temps en ternaire plusieurs fois

      – puis 2 temps même exercice

      – puis 1 seul temps divisé par deux et 1 temps divisé par trois, plusieurs fois de suite.

      Voilà, j’espère que c’est clair. A bientôt Laurence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *