Le trac est-il une fatalité ?

Je réponds ici à la question d’un lecteur sur le trac, des mains qui tremblent et est-ce une fatalité. Quelques astuces pour qu’il ne vous empêche plus de jouer.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réflexion au sujet de « Le trac est-il une fatalité ? »

  1. Bonjour ,
    Je viens de revoir votre vidéo …. le trac …. il en reste toujours qq chose .
    Vos explications sont parfaites . j’ajouterais “faire des concours” . J’ai fais plusieurs fois le “concours des grands amateurs de piano” , et mon dieu que c’est difficile . Pour passer le 1er étage il faut déjà jouer propre et net ! donc maîtriser totalement le trac , et comme j’ai toujours un peu “bafouillé” je n’ai jamais ( jusqu’à présent ) accédé au 2ème étage …. par contre on ressort enrichi , et un concert “ordinaire ” devient plus facile .
    Autre astuce : présenter son concert au fur et à mesure . Parler de l’oeuvre, de l’auteur, du contexte, une anecdote …. favorise la mise en relation avec le public , qui se détend , et vous détend .
    Autre astuce : ne pas faire un programme court . minimum 1/4 h, pour avoir à la conscience , d’avance , qu’il y a une obligation de résultat , que l’on ne peut pas “expédier” . je fais des concerts d’1h1/2 ( au total ) et plus le temps passe plus je me détend . Bien sûr la réactivité du public , l’échange permanent, aide à ce résultat. Aussi la programmation doit être adaptée . On me dit souvent que mes concerts sont crescendo … c’est que je débute avec un pièce “facile” ( l’année Satie : 1ère gymnopédie ) et que les vrais difficultés ne démarrent qu’1/4 h après . Et puis je termine toujours avec une pièce connue et entraînante ( danse du feu de Manuel de Falla par exemple ) et ça … c’est pour le plaisir du public …. qui le rend très bien .
    Quoi d’autre ? Si on bafouille …. ne jamais s’arrêter, ne jamais en parler . Je posais la question un jour à une amie pianiste japonaise de très haut niveau , sur la bavure de concert, elle me répond , avec son accent japonais ” ça n’a pas existé !” .
    Lors d’une bavure, respirer, redresser la tête, ralentir le mouvement d’une façon très inspirée , comme s’il ne s’était rien passé … et le public a le doute !
    Voilà , je m’en arrête là. Le sujet est toujours d’actualité , mes amis professionnels ont tous le trac et je les ai toujours surpris dans un moment de peur …. et c’est terrible .
    Il y a aussi les rodages devant 1 ou qq personnes , ou la famille , et là c’est le plus difficile , plus difficile que jouer devant 800 personnes avec les spots dans les yeux ! Donc il faut en faire !!! ( des rodages )
    C’est bon je m’arrête !
    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *