Quel est votre plus gros problème au piano ?

Dans ce podcast, je vous remercie tous pour votre présence et votre confiance. Nous avons passé dernièrement la barre des 1000 inscrits à la liste email, et vous êtes de plus en plus nombreux à m’envoyer des mails de remerciements chaque jour, à vous confier ou à me poser les questions qui vous tracassent. Le site frôle la moyenne de 500 visites par jour au jour où je vous écrit et ce chiffre est en perpétuelle augmentation. Je célèbre ça aujourd’hui avec vous !

Comme je vous le demande dans ce podcast, déposez-moi votre “plus gros problème au piano” tout en bas de cette page dans le champs commentaire.

Transcription du podcast :

Bonjour, c’est Marie-Cécile.

Je voulais vous remercier pour votre fidélité et le nombre de plus en plus imposant que vous êtes à m’écouter, à me lire, à me regarder sur YouTube.

Il y a 2 mois on a dépassé la barre des 1 000 lecteurs. Là on est à presque 1 250 lecteurs.

J’ai commencé ce blog il y a presque un an et demi, au mois d’août.

  • Il a été créé au début de l’été 2016.
  • J’ai écrit mon premier article fin août 2016.

Depuis j’essaie de publier régulièrement.

Il y a des semaines où j’ai moins le temps que d’autres parce que j’ai aussi 2 grands garçons de 11 et 14 ans. Donc il y a des semaines où c’est plus facile pour moi, des semaines où c’est moins facile.

Mais j’essaie d’être le plus régulier possible.

Je suis vraiment très touchée par votre intérêt.

  • Ça me touche beaucoup.
  • Ça m’encourage à continuer.

Parce que bon c’est vrai qu’il y a des jours qui ne sont pas simples. Quand on a des problèmes techniques. Quand on a le micro qui ne prend pas. Quand on a l’ordinateur qui plante. Quand on a le site internet qui a des problèmes de mises à jour.

Enfin je vous passe tous les petits problèmes techniques des coulisses. Mais c’est vrai qu’il y en a beaucoup, au jour le jour.

Je voulais aussi vous remercier pour tous les mails que vous m’envoyez régulièrement.

Je ne peux pas répondre à tout le monde parce que j’ai des élèves et je m’en occupe aussi beaucoup.

Ce que j’essaie, c’est de regrouper les questions. Quand je vois qu’il y a plusieurs questions sur le même sujet, j’essaie d’y répondre de manière globale.

Mais je vous lis.

Donc n’hésitez pas à les poser ces questions :

  • Par mail
  • En dessous de la vidéo qui s’appelle « Posez-moi vos questions », qui est sur le site et que je vérifie régulièrement.

Peut-être qu’elle n’est pas assez visible, donc je n’ai pas beaucoup de questions là. Ou peut-être que vous n’osez pas et vous préférez envoyer des mails.

Donc n’hésitez pas.

  • Soit en dessous de cette vidéo-là
  • Soit par mail

Et je réponds au coup par coup, quand je vois que certains sujets reviennent beaucoup, par là.

Peut-être qu’il y a pas mal de personnes parmi vous qui ne sont pas sur Facebook et je respecte ça, il y a aucun souci. Pour ceux qui y sont, sachez que j’ai une page que vous pouvez liker, et à ce moment-là vous serez tenu au courant aussi par Facebook sur ce que je publie régulièrement.

Là aujourd’hui je voudrais vous poser une question.

  • Quel est, selon vous, votre plus gros problème au piano ?
  • Quelle est votre plus grosse difficulté ?
  • Qu’est-ce qui vous bloque aujourd’hui dans votre progression ?

Je voudrais, quand vous avez trouvé quel est ce problème, que vous me l’écriviez en-dessous, en commentaire.

Alors bien sûr si vous n’êtes pas sur le blog il faut aller sur www.apprendre-a-jouer-du-piano.com. Vous cherchez l’article qui correspond au podcast qui s’appelle « Quel est votre plus gros problème au piano ? »

Si vous venez dans longtemps, vous pouvez aller sur la section qui regroupe tous les articles. Là vous avez tous les articles qui ont été écrits donc vous cherchez ce titre-là (Quel est votre plus gros problème au piano).

Donc vous allez en bas de page et vous trouvez un champs « Commentaires ». Et là vous marquez ce qui vous bloque.

Ça peut être de n’importe quel ordre vraiment. Par exemple :

  • Je n’ai pas assez de temps.
  • Je n’aime pas faire du piano.
  • J’ai mal à la main droite.
  • J’ai des problèmes de rythme.
  • Je n’arrive pas à lire.
  • Je n’ai pas envie de faire du solfège.

Vraiment n’importe quel ordre.

Donc voilà, quel est, selon vous, l’obstacle, que si vous le franchissiez, vraiment ça vous ferait passer à une vitesse supérieure.

Je vous laisse là-dessus.

A vos petits claviers, à vos petites souris, et à bientôt sur le blog.

Au revoir.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

14 réflexions au sujet de « Quel est votre plus gros problème au piano ? »

  1. Bonjour Marie Cécile
    j’ai 64 ans j’apprend le solfège depuis 3 semaines sur le net grâce a des personnes comme vous j’apprend plein de choses et je me rend compte que c’est assez compliqué et qu’il va me falloir du temps avant j’ai essayé la guitare mais j’ai des trop gros doigts impossible j’ai changé pour un clavier arrangeur et ce que j’adore c’est de jouer le parlé des chansons est ce que je peu continuer ou est ce que ça risque de me poser des problèmes pour plus tard ? encore merci pour votre dévouement pour nous aider les débutants de l’extrême !!!

    • Bonsoir Holquin, Du moment que vous prenez du plaisir à jouer c’est le principal pour le moment. Il y aura forcément un moment où vous vous lasserez. Mais il faut aller au bout de ça d’abord. Ensuite bien sûr, vous devrez apprendre plus le solfège pour être plus “libre” de faire ce que vous voulez faire. Attention juste de ne pas vous faire mal physiquement, car le parlé des chansons n’est pas toujours très pianistique et peut crisper le poignet. Il vaudrait mieux chanter et vous accompagner… courage !

  2. Madame,
    D’abord, bravo pour votre blog qui me semble adapté à l’apprenti pianiste que je suis.
    J’ai 62 ans, mais seulement 3 mois de piano. Je suis donc un vrai débutant.
    Le principal problème (mais il y en a d’autres…), c’est de jouer mains ensembles. La droite et la gauche seules, ça va à peu près; mais ensemble, il y a un blocage que j’ai du mal à surmonter. Mon professeur me dit que c’est normal au début. Mais peut-être avez-vous un’truc”? S’il y en a un!
    Merci.

    • Bonjour Alain, tout d’abord oui c’est tout à fait normal, votre professeur a raison. Soyez patient ! et travaillez tous les aspects de la musique, comme le rythme, l’écoute intérieur, la lecture, l’improvisation, la posture et la détente (entre autres) et cela viendra.
      Mais allez voir aussi ces vidéos :
      -https://www.youtube.com/watch?v=uc_mER93w1A&feature=youtu.be
      -https://apprendre-a-jouer-du-piano.com/pratiquer-mains-separees/
      Et cet article :
      -https://apprendre-a-jouer-du-piano.com/comment-ameliorer-lindependance-et-la-coordination-des-mains/

      Bonne pratique, et n’oubliez pas le plaisir !

  3. Bonjour Marie-Cécile,

    Félicitations et merci pour ton blog.

    Je crois, que le rythme est la plus grande difficulté. Savoir battre la mesure n’est pas toujours évident. Il y a sûrement des trucs ou des astuces pour faciliter le comptage des mesures.

    Le deuxième élément serait un sujet d’harmonies. Lorsque nous accompagnons une chanson avec seulement la mélodie et le choix des accords en notation anglaise, le rendu n’est pas toujours évident, car les renversements d’accords vont modifier le morceau original. Il y’a sûrement, là aussi, des trucs et des astuces soit concernant le déplacement des doigts ou l’étendue des accord. Si tu pouvais nous publier quelque choses là-dessus, ceci serait intéressant.

    Merci de ton attention, et au plaisir de te lire à nouveau.

    • Et oui, comme je l’ai répondu aussi à Ballout et Didier, le rythme est une difficulté qui revient souvent et qui a des répercutions sur tout le reste, comme la coordination, la musicalité, la lecture, la mémoire etc…
      Battre la mesure, si vous voulez parler du mouvement du bras du chef d’orchestre souvent appris en enseignement traditionnel, n’est qu’une des façons de “ressentir” la mesure. Personnellement je ne l’utilise pas, car je trouve qu’il est surtout adapté à quelqu’un qui voudrait faire de la direction d’ensembles de musiciens.
      Il y en a d’autres qui sont tout aussi efficaces, comme compter les temps ou les mesures dans les carrures (ou cycles de quatre mesures) tout au en jouant, ou sur le rythme frappé du morceau, ou marcher en chantant son morceau… donc si votre problème est de coordonner le geste du bras en solfiant, essayez d’autres façons “d’incarner” la pulsation.

      Pour le problème de l’harmonie, effectivement il ne suffit pas de connaitre les accords pour que ça sonne bien avec le chant, même s’il faut bien commencer par là tout de même. Il faut aussi se familiariser avec les renversements d’accords, les dispositions en formes serrées et écartées (aérées), et les façons de répartir les notes dans le temps en accords brisés ou arpégés, bien sûr comme vous le dites si bien la manière de doigter tout ça, et bien d’autres choses encore. Il va être difficile pour moi de pouvoir tout dire en une publication. Mais je vais essayer, et de toute façon, je prépare aussi une méthode pour cela… mais patience 😉

      Merci en tout cas d’avoir pris le temps de poser ces questions pertinentes !

  4. Bonjour Marie-Cécile,

    Bravo et merci pour votre blog !

    Le problème que je rencontre concerne les accords. J’enchaîne les accords de la main gauche, mélodie de la main droite sans trop de problème. Même chose mélodie à gauche et accords à droite, c’est plus “rare” mais c’est pour s’entraîner (Czerny). Mais le blocage est total lorsque je dois enchaîner les accords main gauche et main droite simultanément.

    Je suis débutant. Est-ce que cela viendra avec le temps ou y a t’il une “astuce” ?

    Merci Marie-Cécile.

    • Ah le rythme !! Vaste sujet Ballout ! Courage, si cela fait 10 mois, c’est normal que ça soit encore difficile. Le secret, c’est d’être bien dans son corps et de lâcher prise sur le mental. Tout en travaillant le rythme bien sûr ! 🙂
      Je note votre soucis.

  5. Bonjour,

    Je voudrais savoir s’il est vrai que l’on doit “vivre avec” , ou “faire avec” le trac, ou si on peut le faire tout bonnement disparaître.
    Croyant avoir “tout essayé”, je conclurais plutôt d’une façon fataliste, mais j’aimerais savoir s’il y a un espoir de voir un jour mes doigts s’arrêter de trembler en public…

    • Non ! On ne peut éliminer le trac, mais on peut très bien vivre avec et même l’apprécier :). Si si !
      Je peux répondre en connaissance de cause. J’étais une grande “traqueuse” et j’ai appris à l’apprivoiser. Et j’ai une élève qui tremblait de manière absolument pathologique et qui a progressivement appris à dompter “le cheval fou” ! Elle joue maintenant en tant qu’animatrice en maison de retraite et n’a plus ce problème.
      J’ai bien dis “apprivoiser”, comme un petit animal sauvage qu’on apprend à aimer et à mettre dans sa poche. On ne peux véritablement éliminer le trac, mais plutôt faire en sorte qu’il ne nous submerge pas et ne soit pas un empêchement. On le reconnait, mais c’est tout. La musique et le plaisir de jour est plus important. Le remède à la peur, c’est l’amour…
      Je répondrai de manière plus détaillée par une publication, mais en attendant, deux pistes :
      – Plus on maitrise et on aime son morceau et moins on a le trac.
      – Plus on multiplie les occasions de jouer, et plus cela devient habituel et donc sans soucis. Il faut commencer avec ses proches, une personne, puis deux, puis cinq… des amis. Tout doit-être une occasion de jouer. Une fête de famille, un piano dans une gare ou un centre commercial, un magasin de piano etc… cela permet en plus de développer l’adaptabilité au piano, qui est un réel problème pour le pianiste.
      Bon piano Shaefer !

  6. Bonjour Marie-Cécile,

    Merci pour ce blog que je lis avec intérêt. Avant de répondre à la question, il faut préciser que je suis clarinettiste de formation.

    Donc il y a quelque chose que j’aimerais bien comprendre concernant le piano : comment, étant donnée une mélodie donnée, sait-on exactement quels doigts il faut utiliser? Je sais que c’est parfois écrit sur les partitions et justement, ces indications ne me semblent pas toujours logiques. Par exemple sur une note qui se répète trois fois, j’ai déjà vu qu’il fallait utiliser trois doigts différents (genre 2-3-4 sur la même touche du clavier!).

    Ça doit paraître évident pour les pianistes expérimentés mais je me demande donc s’il y a vraiment une logique derrière les doigtés indiqués. Un petit peu d’aide là-dessus serait sympa.

    Grégoire

    • Bonjour Grégoire et merci pour votre intérêt !

      A sujet des doigtés qui changent lors d’une note répétée, il faut savoir qu’il y a différentes écoles de doigtés à ce sujet. La façon de doigter que vous évoquez est en grande partie issue de l’ancienne école classique. Il peut être intéressant de comparer plusieurs éditions de la partition.
      On revient, dans les doigtés modernes et dans le tempo rapide, à des répétitions à un seul doigt, mais avec un mouvement de répétition (appelé staccato dans les méthodes) du poignet. Les notes n’en seront que plus égales entre elles. Il s’agit d’un mouvement qui se fait dans la souplesse et qui “s’auto-génère” avec le minimum de crispation musculaire.
      En revanche, sur une note répétée dans un mouvement lent, il peut s’avérer judicieux de changer de doigt pour donner une direction à cette répétition.
      Le contexte des notes avant et après cette répétition change parfois la donne aussi.
      Je mets votre question dans ma liste “à répondre en vidéo”. Cela sera plus parlant et concret pour vous. Je ne vous garantis pas le délai de publication en revanche… 🙂

      Bon piano !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *