Comment jouer du piano sans s’arrêter

Je réponds aujourd’hui à la question : “merci de donner des astuces (conseils) pour jouer une partition sans s’arrêter!”.

Transcription texte de cette vidéo :

Bonjour !

C’est Marie-Cécile du blog  https://apprendre-a-jouer-du-piano.com/.

Aujourd’hui je vais répondre à une question qui m’a été posée dernièrement sur le blog.

« Est-ce que tu aurais des trucs ou des astuces pour jouer sans s’arrêter ? »

Alors cette question est un petit peu vague. Je ne connais pas le contexte donc je vais essayer d’y répondre en fonction de différents contextes un petit peu rapidement, et j’espère que dans le lot il y aura le contexte voulu.

Parce que je ne sais pas si c’est en déchiffrant ? Est-ce que c’est en jouant un morceau qu’on a déjà travaillé ? Est-ce que c’est en jouant en public par exemple ?

Je ne sais pas.

Donc je vais répondre un peu dans tous ces cas de figure.

  1. Au déchiffrage

Si on déchiffre et qu’on s’arrête tout le temps.

  • Il faut travailler en comptant les temps.

C’est un bon moyen d’être toujours dans un flot de rythmes pour avoir l’habitude d’avancer. Et le fait de compter ça oblige à avancer tout le temps.

C’est la pulsation qui va permettre de ne pas s’arrêter. D’accord ?

Donc de sentir une pulsation interne. Il faut compter, compter, compter.

Il faut que le fait de compter soit prioritaire par rapport au fait de jouer. C’est pas grave si au début il y a peu de notes au piano. L’important c’est de tenir tout le temps le fait de compter et d’avancer, avancer, avancer, avancer, avec l’œil sur la partition.

Bien sûr il faut savoir repérer ses temps.

  • Il faut lire un petit peu en avance.

Par exemple on joue un temps et on est déjà en train de lire le temps suivant. Ou, on joue une mesure et on est déjà en train de lire la mesure suivante. Pour les plus avancés.

  • Il faut viser le premier temps de chaque mesure.

Par exemple, « Je ne sais plus très bien… troisième temps… quatrième temps… qu’est-ce qui se passe ? ». Je me retrouve au premier temps d’après.

Ça permet d’avancer.

Toujours le même principe en fait. Il ne faut pas tout jouer quand on déchiffre. Il faut avancer et être là, toujours au premier temps suivant, ou au premier temps de la mesure suivante.

Mais toujours priorité au rythme. C’est ce qui permet de toujours avancer.

  • Il faut travailler la lecture de notes.

Après il y a un travail de fond quand même qui est la lecture de notes. Parce que moi je vois beaucoup d’élèves qui s’arrêtent pendant qu’ils sont en train de jouer pour une malheureuse note qu’ils ne savent toujours pas, et que ça fait des années qu’ils ne la savent toujours pas.

Par exemple, en général, sur les lignes supplémentaires. Vous voyez une ligne, deux lignes supplémentaires au-dessus ou en-dessous ? En général on ne sait pas. Alors bon. On s’arrête à ce moment-là.

Donc ça c’est un travail de fond, de lecture des notes.

Ça c’était dans le cas où on déchiffre.

  1. Sur le morceau travaillé

Maintenant, si on joue un morceau qu’on a déjà travaillé quelques fois, et qu’on continue encore à s’arrêter, certainement c’est qu’on n’a pas assez travaillé. Ça c’est la réponse un peu basique que réponde beaucoup de professeurs.

  • Avec partition

Si ce n’est pas le cas et qu’on a déjà pas mal travaillé et que c’est toujours par exemple au même endroit.

  • Isoler le passage en question

Si c’est toujours au même endroit, il va falloir s’arrêter à cet endroit-là et travailler juste cet endroit-là. Les deux ou trois notes. En général il n’y a pas beaucoup de notes qui posent problème.

Mais juste cet endroit-là, les deux ou trois notes qui posent problème sur cette mesure.

Si on ne s’arrête pas toujours au même endroit, mais régulièrement dans la partition.

Alors ça c’est très courant, et souvent chez les gens qui tronçonnent et qui travaillent des morceaux, donc ça c’est très bien de travailler des morceaux du morceau. Mais il faut aussi enchainer ces fameux morceaux travaillés.

  • Travailler en tuilage

Il y a une astuce qui est vraiment très très utile. C’est quand vous travaillez, vous travaillez toujours en rajoutant la note qui suit le passage travaillé.

Donc si vous travaillez par exemple deux mesures, vous jouez ces deux mesures plus la première note de la troisième mesure. Comme ça, après, quand vous travaillerez la troisième mesure avec la quatrième vous aurez déjà fait le lien.

Sinon il faut travailler tous les bouts et après il faut travailler toutes les transitions. Donc ça vous fait perdre beaucoup de temps.

Ça c’est une chose que je vous conseille dans beaucoup de cas et très souvent sur le blog.

  • Sans partition

Après, si vous connaissez déjà beaucoup votre morceau et que vous souhaitez le jouer sans partition.

Alors là en général ça veut dire que vous avez un trou de mémoire.

Pour les problèmes de trous de mémoire il y a beaucoup de choses à dire. Mais si j’avais que quelques petites choses à dire :

  • Il faut travailler la main gauche toute seule par exemple, par cœur.
  • Il faut aussi travailler les mains ensembles très, très, très lentement, par cœur.

C’est-à-dire sans élan. Note à note. Parce que si vous êtes capable, sans élan, de jouer votre morceau par cœur, ça veut dire que vraiment vous le savez. Il n’y a vraiment pas de risque.

Voilà ça c’est des petites astuces pour quand on jour sans partition.

  • Travail mental

Après il y a aussi le travail mental, qui est très important.

C’est-à-dire pas toujours travailler au piano.

  • Imaginez avec la partition

Travaillez aussi en dehors du piano, avec votre partition que vous regardez, et que vous essayez de jouer mentalement. C’est-à-dire que vous imaginez que vous êtes en train de jouer, tout en regardant la partition.

Ça peut être assez flou, c’est pas grave.

  • Vous pouvez entendre juste le son.
  • Vous pouvez avoir des sensations dans certains passages.
  • Vous pouvez avoir la partition qui défile.

Tout ça est utile. Vous pouvez avec un petit mix de tout ça, c’est pas grave. C’est quand même très très utile.

  • Imaginez sans la partition

Après quand vous connaissez bien le morceau, vous pouvez le faire carrément par cœur, sans la partition, en image mentale.

Vous imaginez que vous jouez.

Alors là ça veut dire vraiment que vous connaissez bien le morceau.

Mais même principe. C’est pas grave si c’est flou. Vous vous imaginez en train de le faire. Voilà.

C’est très très très utile.

Après qu’est-ce qui se passe ?

C’est que quand vous jouez de nouveau sur le piano, vous pouvez faire appel à cette image mentale un tout petit peu en avance. Donc vous êtes toujours en avance par rapport à ce que vous êtes en train de jouer. Ça vous permet d’être toujours dans un flux qui ne s’arrête pas.

Ça c’est vraiment la grande clé pour ne pas s’arrêter. C’est être toujours en avance par rapport aux doigts. En avance mentalement.

Comme ça, si vous avez un petit trou de mémoire ou quelque chose qui vous gêne, vous avez un petit peu de marge avant que vos doigts arrivent à ce moment-là.

Bon c’est un peu imagé la façon dont je vous le dis, mais c’est tout à fait ça.

  1. Travail de fond

Ensuite, je pourrais parler d’un travail de fond très très utile. Un travail rythmique.

Il faut absolument travailler le rythme.

Le rythme est le moteur de tout instrumentiste. Si vous êtes bon en rythme, vous aurez vraiment un atout énorme pour ne plus vous arrêter.

C’est vraiment le moteur de la musique.

Sans le rythme il n’y a pas de musique. Parce qu’il n’y a pas de temps. La musique est un art qui se déroule dans le temps. D’accord ?

Donc travaillez votre rythme avec partition et sans partition.

Juste corporellement. Les deux sont importants.

  1. En public

Maintenant, si vous êtes devant un public, là il y a un problème de trac.

Le trac je ne peux pas parler de ça en une vidéo, parce que la vidéo serait vraiment trop longue sinon.

Le trac c’est un problème :

  • De confiance en soi.
  • De confiance en son travail.

Est-ce qu’on a confiance dans le travail qu’on a fait.  Est-ce qu’on se sent solide ou pas.

Donc il y a un travail de fond vraiment à faire derrière. Souvent une grosse partie du trac peut être complètement améliorée rien que par un bon travail au préalable du morceau.

Mais après il y a un problème de confiance en soi. De respiration. Savoir gérer son corps.

Je n’avance pas plus sur ce sujet-là.

Après ce qu’il faut bien comprendre c’est que quand vous jouez en public, et que vous avez suffisamment travaillé, vous avez confiance en vous, il y a besoin de tout oublier et de se faire plaisir. D’entendre la musique à l’avance dans un plaisir énorme. De se dire « Han je vais entendre ça au bout de mes doigts et je vais pouvoir l’offrir au public, oh que ça va être chouette ! »

Comment voulez-vous après vous arrêter ?

C’est pas possible parce que le plaisir vous pousse.

Voilà ça c’est vraiment important.

En gros j’ai essayé de balayer toutes les situations qui ne me sont passées à l’esprit. Il y en a peut-être d’autres. Ce n’est pas exhaustif.

Si ça vous a plu et que ça vous a aidé, partagez la vidéo, cliquez sur le petit pouce « j’aime », ou alors « je n’aime pas » si ça ne vous a pas beaucoup aidé, pourquoi pas.

Abonnez-vous à ma chaîne et à bientôt !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *