Comment travailler l’égalité des accords ?

Je réponds aujourd’hui à la question de Céline sur le prélude de Chopin op.28 n°4.

Il est parfois délicat d’enfoncer les 3 ou 4 touches d’un accords au même moment. Surtout quand ceux-ci sont répétés plusieurs fois et dans la nuance piano. Voici quelques pistes de travail.

Transcription texte de la vidéo :

Comment travailler l’égalité des accords répétés

 

Bonjour et bienvenue chez moi, sur le blog www.apprendre-a-jouer-du-piano.com.

Je voulais répondre aujourd’hui à la question de Céline.

 

Céline m’a posé une question sur le blog, une question technique.

« Comment parvenir à jouer les accords de 3 ou 4 notes de façon harmonieuse, c’est-à-dire en enfonçant les touches en même temps ? Je pense notamment au Prélude de Chopin, opus 28 n°4. Est-ce juste de l’habitude ? Y a-t-il une manière de travailler ça ? J’essaie d’abaisser le bras et non la main mais soyons honnête, je le massacre un peu ce pauvre Prélude. Merci d’avance. »

 

Alors Céline, les problèmes d’accords comme ça répétés supposent d’avoir une main qui est particulièrement tonique et qui maintient une forme, une forme dans l’espace, qui va être au-dessus du piano bien sûr, mais vous devez arriver à garder votre main dans une forme très précise, celle qu’il faut avoir pour jouer cet accord-là très précis.

Donc c’est des petits gestes et micros gestes de vos doigts que vous devez maîtriser. Donc forcément c’est difficile au début d’avoir cette maîtrise.

Ce Prélude, contrairement aux apparences, est difficile. Bien sûr de lecture, de longueur il n’est pas difficile. Mais en revanche d’application et de précision il n’est pas évident du tout.

Donc c’est normal déjà que vous ayez des difficultés à ce niveau-là.

 

 

Je voulais vous proposer, pour vous faire comprendre ce que je viens de vous expliquer au niveau des doigts, un petit exercice tout simple.

  • Donc je prends quelque chose de rigide.
  • Je vais poser mes doigts dessus.
  • Je vais faire en sorte bien sûr que tous les bouts de mes doigts soient sur ce plan rigide.

Maintenant je vais, pour prendre conscience de la forme que je dois avoir dans ces cas-là en ligne droite, je vais retirer le plan rigide en-dessous mais je vais faire en sorte le plus possible de rester vraiment la main fixée. Même si je crispe ce n’est pas grave.

Au début je dois prendre conscience de ça, de la main fixe. C’est les doigts fixes. Les doigts qui ne doivent pas du tout s’articuler d’une manière ou d’une autre.

C’est quoi une main finalement ?

C’est la succession des doigts et de la paume. On va dire que la paume peut être souple parce qu’il peut y avoir une certaine liberté. Par contre là moi ce que je vous fais travailler c’est la fixation des doigts.

Je voulais être sûre qu’on parle bien de la même chose.

  • Je me pose sur une droite.
  • Je retire.
  • Je reste un petit temps comme ça.
  • Après je reviens et je suis attentive au bout de mes doigts.

Est-ce que tout le monde touche en même temps ?

Si tout le monde ne touche pas en même temps c’est que j’ai bougé mes doigts. Donc je recommence.

Là j’ai senti une légère différence entre le 2ème et le 5ème doigt. C’est très fin. Mais justement le piano, le toucher au piano c’est très fin. Et le moindre millimètre de différence va modifier la sonorité.

Donc je recommence. Je pars et je reviens.

Là, à priori j’ai réussi à garder la forme parce que je sens vraiment que tous mes doigts ont touché au même moment. Voilà.

Ça c’est une première étape de l’exercice.

 

Maintenant, la même chose un petit peu plus difficile.

Donc là je vais détendre mon épaule.

  • Cette fois-ci je vais faire la même chose mais ce n’est pas le plan qui va partir, c’est la main qui va partir et qui va revenir.
  • Là attention c’est plus difficile parce qu’il faut que vous bougiez des éléments, c’est-à-dire votre bras et votre poignet, mais pas vos doigts.
  • Et vous revenez.

Là je sens mes doigts qui ont légèrement bougé. Je ne sais pas si vous le voyez mais moi en tout cas je le sens.

 

C’est souvent en fait beaucoup plus votre sensation qui va vous dire si c’est bon ou si ce n’est pas bon.

Parce que l’œil en lui-même n’est pas assez précis.

Je pars, je reste les doigts fixes, et je reviens.

Mes doigts du milieu ont tendance à partir un peu plus haut. Donc je vais essayer de fixer mes 2 doigts longs du milieu. Je pars et je reviens. Là c’est déjà mieux. Je pars, je peux même faire une souplesse du poignet, et je reviens.

Là je sens que j’ai réussi vraiment à ce que tous mes doigts soient fixés et arrivent sur une ligne droite.

 

Ça c’est un exercice pour vous faire prendre conscience de ce dont je vous ai parlé au début, c’est-à-dire le fait d’arriver à fixer vos doigts dans une forme précise, comme si vous la rentriez dans de la glaise et que vous puissiez vous faire un moule. Et qu’après en retirant le moule vous pouvez refaire une autre main.

C’est vraiment ça. Vous pouvez vous promener avec votre main, mais votre main à l’intérieur n’aura pas du tout changé de forme. Je peux même bouger mon poignet, et ma main n’a pas changé de forme.

Ça c’est une chose très très importante pour l’égalité des accords.

 

Maintenant, autre petite prise de conscience. C’est bien gentil, là je suis toujours sur une ligne droite. Simplement quand j’ai des touches noires ça va faire quoi ?

Imaginons que j’ai une touche noire à ce doigt-là. Là je vais être comme ceci. C’est-à-dire qu’il y a à peu près 8 mm.

Et si par exemple j’ai le pouce aussi en touche noire, je le relève aussi.

Beaucoup moins drôle là !

Là il va falloir que je fasse la même chose. C’est-à-dire que je pars et je reviens avec que 3 doigts qui touchent.

Maintenant je pars et je fais partir ma main et je reviens. Vous voyez là mes doigts sont beaucoup plus hauts donc ça ne va pas. Donc je recommence.

Maintenant si je vais par exemple avoir une touche noire au milieu, sur le 3ème doigt, et une touche noire au niveau du 5ème, ça va être pareil. Je pars et je reviens en gardant la même hauteur.

Je pense que vous avez compris maintenant ce que j’essaie de vous faire comprendre.

 

Maintenant au niveau du clavier ça va être pareil. Il faut que vous arriviez à mettre votre main dans la forme précise de chaque accord.

Donc là on est sur sol – si – mi.

Je mets la pédale parce que c’est plus simple, mais ceci dit c’est aussi intéressant de travailler sans pédale. Parce que si vous travaillez sans pédale ça permet de pouvoir vraiment vous concentrer.

 

Une chose très importante, c’est l’écoute.

Si vous écoutez vraiment, vous allez mieux y arriver aussi. Parce qu’il n’y a pas que le fait d’une belle chorégraphie au piano. Arriver à bien tenir ses mains dans une forme etc. il y a aussi « Quel est mon but ? »

Mon but est d’avoir des accords qui soient égaux.

Donc mon oreille guette s’ils sont égaux ou pas. Et souvent quand même, la main est intelligente. La main, si vous l’accrochez à l’oreille quelque part, si vraiment vous écoutez vos accords et que vous arrivez à chercher à ce qu’ils soient complètement égaux.

Imaginons que ce soit vraiment inégal. Là on n’entend pas trop celui du milieu. Vous pouvez d’ailleurs vous amuser à ça. Vous voyez que là on entend peu celle du milieu. Ou alors on entend surtout celle du milieu mais pas trop celles de l’extérieur.

Vous voyez ?

Ça aussi ça peut être un petit jeu pour justement bien prendre conscience qu’on peut faire beaucoup plus qu’on ne le croit si vraiment on chercher la bonne chose, c’est-à-dire le bon son.

 

Petite remarque.

Si vous n’êtes pas à l’aise parce que vous avez un mauvais doigté, ça ne va pas vous aider non plus. Donc il faut absolument que vous ayez un bon doigté. Validez si votre doigté est adapté à votre main et à votre piano, à votre cadre à vous. Il n’y a que comme ça que vous pouvez le valider.

 

Maintenant, vous allez pouvoir aussi travailler les déplacements.

Parce que ça peut peut-être poser problème entre chaque et que vous mettez entre 3 et 4 accords à être bien. Il faut trouver tout de suite.

Donc vous pouvez répéter les accords entre eux. Là on est 2ème mesure. 3ème mesure. Je répète.

Vous voyez ce que je fais ? Je fais chaque accord entre eux. Donc évidemment vous pouvez les faire en arpéger. Même en les chantant pour être sûre que vous entendez bien aussi toutes ces notes.

Bon ça évidemment c’est si vous avez l’habitude d’entendre à l’avance les notes. Et ça ce n’est pas évident non plus mais je vous le dis au cas où vous seriez en capacité de faire. De faire que les extrêmes.

 

Ne travaillez pas trop fort aussi.

Parce que parfois on compense par la force le fait que ce n’est pas égal. Plus vous allez maîtriser les choses piano, pianissimo et mieux ce sera.

 

Il y a des exercices de tenue aussi.

Moi j’ai beaucoup les exercices de tenue. Mais pas fait n’importe comment.

  • Qu’est-ce que c’est ?

J’enfonce l’accord dont je veux apprendre la forme de la main. Et là je vais répéter qu’un seul doigt à la fois.

Ça c’est la consigne de base.

Sauf qu’en fait vous devez être plus attentive aux doigts qui ne répètent pas qu’au doigt qui répète.

Vous répétez le sol, mais vous êtes plus attentive au si et au mi et à la sensation des deux doigts bien enfoncés dans ces 2 touches, bien solidement, qu’à la répétition du sol.

Ce n’est pas très important.

Attention, on n’est pas en train de forcer le doigt, aller le plus haut possible pour bien articuler, une bonne petite technique française du doigt !

Non. Ce n’est pas ça que je dis.

C’est j’enfonce bien, je suis bien solide sur mon si et mon mi, et je vais répéter comme je peux le sol. Même s’il ne sort pas trop, le tout c’est qu’il soit mobile à partir de la première articulation de la main tout en étant attentive aux autres.

Pendant ce temps-là est-ce que mon poignet n’est pas complètement tendu, mon épaule etc ?

Je change d’accord bien sûr, je répète que le la etc. Vous changez de doigt bien sûr.

Vous pouvez faire que le milieu. Et là je suis attentive au fa dièse et au mi, et à mon confort sur ces 2 notes-là.

 

Plus vous allez être bien sûr les 2 doigts qui sont enfoncés et qui ne bougent pas, plus vous allez être confortables sur ces doigts-là, et plus l’autre doigt sera libéré pour s’articuler, pour répéter en tout cas.

Mais il n’a pas besoin d’articuler de haut.

 

Cet exercice de tenu vous pouvez le faire sur tous les doigts, sur toutes les formes. Et ce n’est pas obligatoire de le faire partout, parce qu’à chaque fois que vous travaillez un accord ça va un peu infuser sur les autres accords.

Je ne vous dis pas de le faire que sur 3 accords, mais ne vous inquiétez pas, parce que chaque accord bien appris va aider au suivant, et ainsi de suite, parce que votre main va apprendre à bien tenir un accord petit à petit.

Ça va se démultiplier au fur et à mesure.

Vous travaillez sans pédale et après vous rajouter la pédale et là c’est que du bonheur, parce que la pédale allège considérablement le poids quand même. C’est beaucoup plus facile. Mais de temps en temps tentez sans pour voir si ce n’est pas votre oreille qui vous joue des tours, la pédale qui vous joue des tours et qui vous dit que c’est égal alors que ça ne l’est pas.

 

Voilà, écoutez bien. Est-ce qu’il n’y a pas un doigt qui se ressemble plus que l’autre ?

Peut-être que vous ne l’entendez pas mais il y avait quelques petites inégalités. Moi c’est un morceau que je n’ai jamais travaillé. Ça supposerait quand même que je m’y pose un petit peu pour bien le caler.

 

 

Donc je vous laisse sur ce travail-là. N’oubliez pas aussi de travailler un peu votre main droite parce qu’elle a besoin d’être chanté.

A très bientôt sur le blog !

 

Si cette vidéo vous a aidé, n’hésitez pas, cliquez « J’aime », abonnez-vous, et venez aussi voir sur le blog comment ça se passe.

 

Au revoir !

Recherches utilisées pour trouver cet article :https://apprendre-a-jouer-du-piano com/egalite-accords/
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

9 réflexions au sujet de « Comment travailler l’égalité des accords ? »

  1. Encore une fois un grand merci pour votre « extra-ordinaire » pédagogie. Que de conseils avisés pour décupler la motivation. Et quel plaisir de vous écouter jouer.

  2. Bonjour Marie-Cécile… et merci !!!

    C’est tellement gentil d’avoir pris le temps de répondre en vidéo…
    J’ai tout noté, et je vais essayer tout ça !
    C’est parfaitement clair, comme d’habitude, vous anticipez les questions ou précisions que l’on pourrait avoir, en vous mettant “à notre niveau”. Je crois qu’on appelle ça… la pédagogie. 🙂
    Et quelle merveilleuse idée de le jouer à la fin, merci, bravo, c’est… tellement beau…
    A bientôt… ici, ou dans la méthode CLEE !
    Céline

  3. Bonjour,
    Cela n’est pas tout-à-fait le sujet mais j’aimerais que vous nous en parliez. Il s’agit de lier deux octaves ensemble.
    Je m’explique :
    Voici un morceau que je trouve superbe (et qui devrait peut-être être accessible à ceux qui ont quelques années de piano sauf difficultés non “visibles”). : Il s’agit d’un prélude de Villa Lobos.
    Voici une version de Nelson Freire : https://youtu.be/A1Emge2-4AM
    Une version avec la partition : https://youtu.be/2ysGk041wnk
    Maintenant, si on regarde la main gauche de Nelson Freire pour jouer les octaves (donc 1 et 5 comme doigté) on s’aperçoit qu’il utilise aussi son deuxième doigt. Il enfonce la touche mais je la joue pas (puisqu’elle n’est pas dans la partition). Pouvez-vous expliquer cette technique ? Cette oeuvre présente-t-elle des difficultés “cachées” ?

  4. bonjour Marie-cécile,
    merci pour cette vidéo, le soleil arrive bientôt !!!!
    pour un déchiffrage, bravo et quelle interprétation, dès que vous touchez le clavier, on voit que vous ressentez la musique même à travers l’écran, heureusement que je ne suis pas à côté de vous, l’émotion serait très forte.
    bravo et mille merci
    à bientôt
    franck

  5. Bonjour Marie Cécile,

    Merci pour cette approche technique des accords. J’ai un problème justement d’égalité du son pour des tierces dans la Sicilenne de Bach. Sol Sib , Sol La, …Sib Do, suivi d’arpeges….Main gauche. Et mon problème est sur le retour pour bien tomber surtout avec le 4e et 5e doigt bien ensemble.

    Bien amicalement
    Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *