Comment apprendre un morceau : Ayez peur, mais allez y !

 

Aujourd’hui je veux vous parler d’une des bonnes habitudes les plus difficiles à ancrer pour beaucoup d’entre nous dans notre manière d’apprendre un morceau au début : faire le bon choix des passages sur lesquels se concentrer.

En effet, j’entends beaucoup :”Je ne comprends pas, j’ai beaucoup travaillé et je n’y arrive pas”. Cette remarque peut cacher beaucoup d’habitudes de travail non productives. Et celle qui suit en est une !

Quand je creuse un petit peu en discutant, je me rends compte régulièrement que le morceau a été joué depuis le début un grand nombre de fois, et qu’à la première difficulté, il a été repris au début et ainsi de suite. Imaginez tout ce temps à répéter ce qui est déjà bien et qui va continuer à creuser le fossé entre les passages sus et les autres… Le temps n’est-il pas précieux ? Si vous le passiez à faire ce qui vous apportait vraiment une progression dans ce morceau tant aimé !

 

Repérer les passages difficiles dans vos partitions

 

Travailler les passages difficiles :

 

Il est bon de travailler tout de suite les passages difficiles. Mais savez-vous tout de suite à la première lecture quels sont-ils ? Par forcément. Déjà, un truc qui marchera 9 fois sur 10, c’est de laisser le thème du début pour plus tard. Pourquoi ? Parce que le début d’un morceau est la plupart du temps plus simple que la suite. Vous y trouvez en général le thème qui vous a enchanté à la première écoute, et il y a peu de chance que vous y trouviez déjà des altérations ou des éléments perturbateurs. Vous êtes à ce stade du morceau comme dans les films : la vie est belle, tout le monde s’entend bien, mais tout à coup !… et c’est là que ça se corse (voir le prochain chapitre).

Beaucoup de parallèles sont d’ailleurs possibles entre théâtre/cinéma et musique. Ces trois arts se déroulent dans le temps et sont éphémères.

Théatre

Bon, je sais. Ce que j’ai conseillé précédemment est très frustrant. Je ne vous dit pas de ne pas vous faire plaisir, mais sachez consciemment à ce moment là que vous ne travaillez pas… A moins que vous ne travaillez votre son ! Et là je n’ai plus rien à dire ! Mais restez vigilant de ne pas vous leurrer.

Vous pouvez avoir des passages qui vous font tout de suite peur à première vue. Mais il peut arriver que vous vous rendiez compte en les travaillant que ce n’est pas un passage qui vous pose tant de problèmes que ça (voir plus bas l’exemple). Vous serez donc vite rassuré et oublierez vite votre appréhension. Si vous l’évitez trop longtemps, vous risquez de faire une montagne de quelque chose qui aurait pu être vite réglé. Ce qui est pris dès le départ comme un problème risque fort de le devenir pour de bon et vous aurez du mal à vous retirer l’appréhension de ce passage ensuite.

Les difficultés se trouvent souvent dans les moments où il “se passe” quelque chose sur le plan musical. Un évènement comme un changement de tonalité (l’apparition d’altérations), une nuance différente, l’arrivée d’un nouveau thème ou une nouvelle cellule rythmique, amènent souvent leur lot de difficultés.

 

Les passages stratégiques sont souvent au même endroit :

 

J’ai remarqué au niveau des proportions générales des œuvres musicales (comme dans les œuvres cinématographiques ou théâtrales encore) que les passages les plus difficiles se trouvent souvent (mais pas systématiquement à partir d’un certain niveau de complexité) dans la deuxième moitié, ou vers la fin du deuxième tiers, avant le retour à l’accalmie de la fin… A vous de vérifier. Bien sûr, pour certaines formes comme le rondo ou le thème et variation, cela ne s’applique pas pour l’œuvre générale mais plutôt pour les différentes parties. Cette remarque peut se faire à tous les niveaux comme la phrase qui est souvent plus facile en début qu’en fin, et la mesure également…

 

Mesure compliquée

 

Attention, l’écriture des partitions est trompeuse !

 

En effet, le fait que cet endroit soit “noir” de notes ou de signes dont vous ne maitrisez pas la signification ne veut pas dire qu’il soit réellement difficile à exécuter.

D’abord renseignez-vous bien sûr sur chaque signe que vous ne connaissez pas.

Signes bizarres

L’annexe de ma méthode de lecture de notes que j’offre en bonus peut d’ailleurs vous y aider. Vous la trouverez sous le titre Vocabulaire de notation.

Signes bizarres 1

 

Puis travaillez le passage sans vous poser de questions.

Je fais souvent cette métaphore : Si vous avez déjà fait de la randonnée en montagne, avez-vous remarqué que si une fois fatigué on vous montre le sommet, vous êtes découragé. Mais si vous continuez à marcher pas après pas sans regarder votre but tout en haut, vous découvrez d’un seul coup que vous êtes arrivé… Et bien faites la même chose avec vos morceaux.

 

Allez là où ça fait peur

Ne pas confondre difficulté de lecture et difficulté d’exécution :

Au sujet du rythme, son écriture est parfois trompeuse. J’attire votre attention sur le fait par exemple que le rythme ci-dessous

Rythme 1

sonnera de la même façon que celui-ci

2017 01 16 rythme 2

ou celui-ci

2017 01 16 Rythme 3

et enfin celui-ci qui a l’air vraiment inquiétant n’est-ce pas ?

2017 01 16 Rythme 4

Si vous regardez bien, il y a les mêmes rapports du simple au double ou inversement à chaque exemple.

Le rapport entre les différentes valeurs est le même et donc ils pourront sonner exactement de la même façon. Tout dépend du tempo que vous prenez. Pour le dernier, si le tempo est Lento (c’est à dire très lent), il pourra sonner exactement pareil que le premier à un tempo type Presto (c’est à dire très rapide) ! Le rythme, ou plutôt les rapports entre les différentes valeurs rythmiques entre elles, sont relatifs. Ils dépendent de la vitesse de la pulsation choisie.

En revanche ce qui peut vous poser problème, c’est que vous ayez des difficultés à lire le dernier si vous n’avez pas l’habitude, alors que certainement le premier sera vite compris. C’est donc plus un problème de lecture qu’une difficulté technique.

 

Bien sûr je pars du principe que votre morceau est adapté à votre niveau technique de piano. Sinon, les conseils ci-dessus ne sont pas une priorité, mais plutôt de vous trouver un autre morceau… Clignement d'œil

 

Si cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux sociaux afin de m’aider à aider le maximum de monde à devenir un pianiste heureux et épanoui.

Mon piano est malade !

 

Voici un article pas tout à fait comme les autres… c’est un retour d’expérience, un partage.

Je suis catastrophée, car depuis quelques temps mon piano est méconnaissable ! Mon accordeur est venu officier mi-novembre comme à chaque fois, trois semaines après la mise en route de mon chauffage. Sur le moment, comme d’habitude, c’est un vrai bonheur de jouer sur mes deux pianos nouvellement accordés. Ils retrouvent toute leurs couleurs et leur finesse. Je suis une pianiste heureuse.

Un piano en difficulté :

Mais une quinzaine de jours plus tard, mon piano demi-queue Seiler commence à avoir des touches au centre du clavier qui ne remontent plus. Sur l’instant, je n’y prête pas trop attention, mais il se transforme progressivement en piano “bastringue” ! Le clavier devient de plus en plus lourd à jouer et certaines octaves sonnent faux. Le timbre est devenu sourd, comme si je l’entendais avec des oreilles bouchées. Voilà une chose que je savais possible, mais qui ne m’était encore jamais arrivé avec ce piano. En effet il a toujours pu tenir l’accord pendant un an voir un an et demi. Et cette fois en quelques petites semaines il est déjà désaccordé !

Catastrophe sur un piano en secheresse

Habitant à Bordeaux, une ville réputée pour son humidité, je soupçonne un trop-plein d’humidité et j’en parle autour de moi. On me conseille d’essayer de sécher la mécanique avec un séchoir, ce que je fais sur le champs. Mais voilà que la mécanique devient encore plus lourde ! Certains de mes anciens élèves (qui aimeraient bien me le piquer, ce piano…) se plaignent de ne plus arriver à jouer et de ne pas le reconnaître, en se tournant vers moi, très étonnés.

Découverte :

C’est alors que je ramène mon hygromètre dans la pièce du piano pour vérifier le taux d’humidité. Je le laisse pendant une heure prendre les mesures. Et à mon grand étonnement, je découvre ce jour là que je suis à 32 % d’humidité ! C’est complètement l’inverse de ce que je croyais. J’ai beau être dans une ville humide, et être obligée de déshumidifier la cave qui se trouve juste en dessous, j’ai dans mon salon en plein hiver, un taux d’humidité bien dangereux pour mon piano.

Hygrométrie trop basse pour un piano

36% donc avant humidificateur en action…

Il est intéressant de constater par moi-même ce que je ne savais que théoriquement : un piano splendide peut être complètement déréglé et désaccordé, et ainsi ne plus du tout exprimer sa qualité s’il est entreposé dans des conditions non appropriées.

Je précise que ce même piano, a vécu pendant dix ans dans un studio de musique, également à Bordeaux et où j’avais le problème inverse.

Studio de musique à Bordeaux

On y frôlait régulièrement les 78 voir plus de 80 %. J’avais acheté à cette époque un déshumidificateur électrique, car je me faisais beaucoup de soucis sur les éventuels dommages que ces conditions pourraient entraîner. Mais il n’a jamais montré de signe de souffrance. J’ai déménagé en septembre, il y a un an et demi, et voyant que le la nouvelle pièce à ce moment là était dans de bien meilleures conditions hygrométriques, j’ai été rassurée et ai cessé de surveiller. Je n’ai eu, de plus, aucun problème le premier hiver, mais peut-être était-il encore gorgé d’eau. Les problèmes peuvent donc se révéler un an plus tard.

Ce que je vous disais donc dans mon article sur comment entretenir son piano, est donc bien vrai. Trop de sécheresse est pire que le trop d’humidité. Dans une certaine proportion bien sûr. Si vous êtes à 90%, ce ne sera vraiment pas bon non plus. Mon erreur a été de ne pas appliquer ce que je vous ai dit ! C’est-à-dire de surveiller régulièrement l’hygrométrie près du piano, mon hygromètre étant entreposé depuis quelques mois dans un coin de la pièce à coté. Comme on dit dans le dicton : “Faites ce que je dis mais pas ce que je fais” Yeux roulants.

De nombreux facteurs peuvent rentrer en ligne de compte :

Les saisons, le temps extérieur, le chauffage, la proximité d’une pièce humide comme la cuisine ou la salle de bain. Si la pièce est au ras du sol, ou au contraire au dessus d’un sous-sol ou d’un étage. Quelque soit le taux d’humidité dehors, on peut tout à fait créer un microclimat très différent à l’intérieur. Bref ! Il n’y a pas de secret, il faut surveiller !!!

 

Un essai pour régler le problème :

Pour régler le problème au plus vite, j’ai donc commandé un humidificateur en urgence. Il est arrivé hier.

Livraison humidificateur

 

Voici l’engin en action, mettant mon salon dans une ambiance brumeuse de conte fantastique…

humidificateur en action pour le piano

Je vous tiendrai bien sûr au courant dans un prochain article de l’évolution de la situation.

Voilà, j’espère que ce témoignage vous aura sensibilisé à la surveillance du “climat” de votre pièce de piano, et en particulier en hiver. Dites-moi dans les commentaires si cela vous est déjà arrivé, ou si vous avez des informations à ce sujet qui mériteraient d’être partager avec tout le monde.

Je vous mets ici ci-dessous le modèle d’humidificateur que je me suis procuré, et qui pour le moment a l’air de très bien fonctionner.

 

Exercice d’échauffement n°5

Voici le dernier exercice de cette série de cinq exercices d’échauffement de la main pour le piano. Il vient compléter un mouvement global pour les doigts qui commence avec le troisième et se poursuit avec le quatrième. Le kinésithérapeute Philippe Chamagne, spécialisé dans le soin des musiciens instrumentistes , donne quant à lui un seul exercice global, mais j’ai remarqué qu’il était difficile pour certaines personnes de faire correctement l’exercice, alors je l’ai coupé en trois. Mais vous allez voir dans cette vidéo qu’avec ce cinquième exercice, tout est assemblé.

 

Voici la transcription texte de la vidéo :

Dans ce texte, il est question de la phalangette. Si vous ne savez pas de quoi je parle, reportez-vous au schéma ci-dessous.

Le nom des différentes phalanges

Voilà nous arrivons à la fin de cette série d’exercices.

Ce cinquième exercice, lui, fait travailler la petite phalange (la phalangette). Il y en aura d’autres des exercices pour cette petite phalange, parce que je trouve que c’est vraiment important de la travailler sur plusieurs mouvements, pour vraiment en prendre conscience et la développer.

La position de base :

On est dans la position finale du quatrième exercice. C’est-à-dire phalanges et phalangines pliées. J’ai le pouce un petit peu en avant. Ma main un petit peu vers l’extérieur et au-dessus du niveau de mon avant-bras.

L’exercice lui-même :

Là, je vais accrocher ma paume et remonter. Et là pour redescendre je suis obligé de passer par l’exercice trois, puis l’exercice quatre et je termine par le cinq. C’est là où nous avons l’ensemble du mouvement préconisé par Philippe Chamagne. Premières (phalanges)… deuxièmes (phalangines)… et troisièmes (phalangettes).

Exercice d'échauffement piano

La même chose pour la main gauche. J’accroche ma paume et je glisse tout le long jusqu’à la base de mes doigts, au maximum. Il se peut au début, que vous n’arriviez pas à toucher (l’intérieur de la paume)jusqu’au bout. C’est pas grave, comme d’habitude vous le savez maintenant, petit à petit vous allez la renforcer.

Puis vous dépliez les doigts.

Une vidéo pour le faire avec moi et en musique :

Voilà ! On est arrivé à la fin de cette série. Mais il y en aura d’autres…

 

Dites-moi dans les commentaires comment ça se passe pour vous suite à ces cinq vidéos ! Est-ce difficile de pratiquer ces mouvements ? Etes-vous à l’aise ? Suis-je assez claire dans mes explications ?

Exercice d’échauffement n°4

 

Si vous n’avez pas vu la vidéo de présentation des exercices, je vous invite à le faire avant de visionner celle ci-dessous en cliquant ici.

 

Dans cette vidéo, il est question de travailler l’articulation de la phalangine. Si vous ne savez pas de quoi je parle, reportez-vous au schéma ci-dessous.

Le nom des phalanges

 

Voici la transcription texte de la vidéo :

Bonjour ! voilà le quatrième exercice. Je le montre cette fois-ci sur le côté.

 

La position de base :

Je descends la phalange que j’ai travaillée dans le troisième exercice.

 

L’exercice lui-même :

Et maintenant (je vous le montre sur le côté), je vais descendre uniquement la phalangine. Puis je remonte, mais en revenant à la position finale du troisième exercice.

Le pouce, lui, va essayer de se mettre un peu vers l’avant. Ne le maintenez pas sur le même plan que la main, crispé. Essayez de l’avancer.

Il est mieux de faire cet exercice sur le côté. Mais si vous voulez au début, vous pouvez le faire devant vous pour mieux prendre conscience et pour bien regarder.

 

Gardez la position de la paume :

Vous remarquez que je suis toujours un petit peu vers l’extérieur, est toujours un peu vers le haut au niveau de la paume.

La main gauche, c’est pareil. Je suis un petit peu vers l’extérieur (donc vers la gauche), je remonte un petit peu ma paume. Là je vais descendre ma grande phalange, pour me trouver dans la position de base, puis j’actionne ma phalangine.

 

Une vidéo pour le faire avec moi et en musique :

C’est fini pour le quatrième, à bientôt pour le cinquième !

 

Si ces vidéos vous aident, partagez-les avec les autres amis pianistes que vous connaissez, et sur les réseaux sociaux. Merci !

Au 5ème exercice, nous travaillerons la phalangette !

Exercice d’échauffement n°3

 

Si vous n’avez pas vu la vidéo de présentation des exercices, je vous invite à le faire avant de visionner celle ci-dessous en cliquant ici.

 

Voici la transcription texte de la vidéo :

 

Bonjour ! Voilà le troisième exercice !

Le troisième, le quatrième et le cinquième exercice sont des exercices qui au bout du compte vont faire un seul exercice. Mais je préfère isoler chaque mouvement, pour que vous preniez vraiment conscience de chaque petite articulation.

La première articulation qu’on va travailler est celle de la grande phalange. Maintenant on parle des doigts, on n’est plus au niveau du poignet.

 

Articulation grande phalange

 

Image de Frédéric Bisson

Une position de base :

On a une position de base à respecter, comme dans le deuxième exercice. On est un peu vers l’extérieur. Et cette fois ci, un petit peu vers le haut.

Comme vous le voyez je lève légèrement ma main. Je ne suis plus à plat complètement comme dans le premier exercice. J’ai construit avec le premier exercice le fait d’être un peu vers l’extérieur, avec le deuxième exercice celui d’être un peu vers le haut. J’ai pris beaucoup de marge, parce que j’ai beaucoup levé ma main. Mais maintenant, il va falloir que vous fassiez les trois exercices suivants en surveillant que la main reste bien dans une position extérieur et relevée légèrement.

Qu’est ce que vous allez faire maintenant ? Vous allez plier uniquement vos doigt mais à plat. Et c’est pareil que pour les autres exercices, je vais loin, parce que ça fait longtemps que je travaille ça donc c’est normal, mais je n’avais pas du tout cette capacité il y a vingt ans.

 

Le mouvement lui-même :

Donc le mouvement est juste de baisser les doigts (serrés les uns contre les autres) et les remonter. Plusieurs fois, et toujours lentement. La lenteur est préférable à la vitesse, car elle impose la maîtrise.

 

Exercice d'échauffement des doigts pour le piano

 

Je monte, je descend les doigts et en mêmes temps je prends conscience de l’articulation de la grande phalange. Je l’isole. Si vous en pliez d’autres, ce n’est pas grave, mais essayez petit à petit de l’isoler en ne faisant bouger que la grande phalange, afin d’en prendre réellement conscience.

Bien sûr je le fais sur le côté, en position pianistique. Évitez de coller le coude contre le corps. Au piano, on est quand même toujours coudes écartés (du moins décollés) du torse.

Coudes écartés au piano

Même chose à l’autre main. J’écarte un peu le coude sur le côté, je me mets vers l’extérieur, et un petit peu vers le haut et je descend mes doigts à plat lentement.

 

Si ça tremble :

Ça peut trembler au début. C’est parfaitement normal. Les muscles qu’on ne fait pas travailler d’habitude, ou en tout cas qu’on n’a pas l’habitude consciemment de faire travailler pour des gestes précis, tremblent. Si vous avez déjà expérimenté certaines activités physiques, vous avez certainement remarqué cela. C’est toujours comme ça quand on sollicite un muscle qu’on n’a pas l’habitude de faire travailler. Ça tremble ? Laissez trembler ! Parce que petit à petit ça va s’arrêter, ça va devenir plus fluide de jour en jour. Bien sûr, il faut que vous vous entrainez régulièrement.

 

Une vidéo pour le faire en temps réel avec moi et en musique :

 

 

Voilà le troisième exercice. A bientôt pour le quatrième exercice !

Exercice d’échauffement n°2

Si vous n’avez pas vu la vidéo de présentation des exercices, je vous invite à le faire avant de visionner celle-ci en cliquant ici.

 

Voici la transcription texte de la vidéo :

Et bien aujourd’hui voilà le deuxième exercice. J’espère que vous vous êtes déjà un petit peu entrainé pour le premier parce qu’on est pas là pour rigoler ! Rire

Une position de départ importante :

Il va falloir se mettre dans une position de base qui est plutôt extérieur. Quand je dis extérieur c’est quand je vais vers la droite ou vers la gauche et intérieur c’est quand je vais plutôt vers mon centre (une ligne qui passerai au milieu, une ligne médiane).

Donc là je vais essayer de mettre ma main plutôt vers l’extérieur par rapport à mon corps. Ça sera donc à droite pour la main droite et à gauche pour la main gauche. C’est une condition importante : Pour cette exercice là il faut d’abord se mettre un peu vers l’extérieur. Je vous montre en vertical… ne faites pas l’exercice votre main droite par rapport à votre bras. Mais vous allez voir que vous allez avoir tendance petit à petit à revenir vers l’intérieur. Donc corrigez-vous régulièrement pour revenir vers l’extérieur.

Exercice d'échauffement n°2

L’exercice :

Donc on reprend la première position (la même que pour le premier exercice). Et là je monte ma main en restant vers l’extérieur. C’est ça qui n’est pas facile. C’est plus facile de monter vers l’intérieur. Regardez comme je monte loin en me mettant vers l’intérieur !

Si vous au départ, vous ne montez pas très haut, ce n’est pas grave du tout. Mais soyez honnête avec vous-même et restez bien vers l’extérieur. Vous montez… et si ça ne bouge pas beaucoup, patience ! vous êtes juste en chemin.

Pour la main gauche c’est pareil, mais à l’inverse en miroir. Je vais me mettre vers l’extérieur (à gauche), et je vais monter. Vers l’extérieur : un petit peu. N’allez pas aussi loin que dans l’extrême de l’exercice un. Petit à petit, à force de faire cet exercice, vous pourrez-vous apercevoir que le petit os, qui est sur le poignet et qui ressort, disparait. Mais il faut un petit peu de temps tout de même ! Faites l’exercice et, au fur et à mesure du temps surveillez ce petit os, et observez comme il disparait.

os poignet

Toujours pareil, faites le 30 secondes à chaque main.

 

Une vidéo pour le faire en temps réel avec moi et en musique :

À bientôt pour le troisième !

Joyeux Noël à tous !

C’est Noël ce soir, alors je vous joue White Christmas au piano ! C’est ma première vidéo avec prise de son indépendante, deux micros et une table de mixage. Mais je ne sais pas encore bien m’en servir et je manque de temps. Le son « sature » donc baissez votre volume et soyez indulgents. On va améliorer ça en 2017 ! ;))

J’ai aussi deux touches qui ne remontent plus très bien… On le voit bien au zoom sur les mains. Vivement que Monsieur mon Accordeur vienne me régler cela !

sapin-de-noel-blanc

Bref ça n’empêche pas de vous faire un petit clin d’œil en ce jour de célébration.

Si vous voulez la partition, sachez quelle est en vente chez Noviscore ici. Il s’agit du niveau 3 de White Christmas.

Très bon Noël 2016 à tous !

Exercice d’échauffement n°1

Si vous n’avez pas vu la vidéo de présentation des exercices, je vous invite à le faire avant de visionner celle-ci en cliquant ici.

 

Voici la transcription texte de la vidéo :

Comme promis voilà le premier exercice. Il est tout simple. Il fait travailler l’articulation du poignet.

La position de départ :

Mettre à plat l’avant-bras sur une table. Moi j’arrive à me mettre à plat dans le vide mais il est vrai que vous pouvez avoir des difficultés au départ tout simplement à sentir si vous êtes bien à plat ou pas. Donc sur une table ça peut être beaucoup mieux.

 

Le mouvement lui-même :

Vous allez de gauche à droite avec votre main. Pour les petits je l’appelle essuie-glaces. Ça veut bien dire ce que ça veut dire, vous allez de gauche à droite comme si vous vouliez essuyer quelque chose. Il va falloir faire ça très très doucement, parce que plus vous le faite doucement plus vous sollicitez les muscles en profondeur, et plus vous allez chercher une maîtrise. Si vous allez vite comme moi ici, vous voyez je tourne ! Je fais un autre geste. Essayer vraiment de le faire très lentement de gauche à droite et quand vous allez aux extrémités à gauche ou à droite, ne bloquez pas et essayer de pousser un petit peu plus loin à chaque fois. Sans vous faire mal hein !

Je vous le montre en vertical il s’agit de faire ce mouvement. Alors évidemment vertical comme ça j’ai un peu de mal, parce que ce n’est pas comme ça que j’ai l’habitude de le faire. Mais c’est pour être sûr qu’on parle bien du bon mouvement.

Même chose à l’autre main bien sûr. Toujours 30 secondes de chaque côté. Vous allez doucement de gauche à droite.

 

Soyez attentifs :

Vous allez faire attention à une chose. Quand vous allez à gauche ou à droite, vous allez éviter de pivoter en même temps. Il ne faut pas confondre le geste latéral avec le geste du pivot. Le même geste que celui que l’on fait en tournant une poignée de porte. Quand vous essayez d’ouvrir une porte, vous faites pivoter les deux petits os qui sont dans l’avant-bras.

Anatomie de l'avant bras

Or il est vrai que dans ce geste là, on a tendance à engager le chevauchement de ces deux petits os. Bien sûr s’ils bougent un peu ce n’est pas grave, mais essayez le plus possible d’isoler le geste. Que ça soit uniquement le poignet qui fait le mouvement de gauche à droite.

 

Une vidéo pour le faire en temps réel avec moi et en musique !

 

Voici donc le premier exercice. À bientôt pour le deuxième.

Des exercices d’échauffements pour la main afin de préparer le jeu au piano.

 

Voici la première vidéo où je m’adresse à vous directement ! Pas facile comme exercice, car je suis plus habituée à jouer du piano en public, qu’à parler. Mais comme vous le savez, il faut un début à tout. Et vous allez voir qu’il y a un petit invité(e) surprise. Je ne m’en suis d’ailleurs pas du tout rendue compte sur l’instant, toute concentrée que j’étais à vous parler. Rire

 

Voici ci-dessous la transcription texte de cette vidéo :

 

Bonjour c’est Marie-Cécile du blog Apprendre à jouer du piano. Je voulais pour ma première vidéo vous parler d’une chose qui est pour moi essentielle, c’est le travail de la main. Le travail de la sensation de la main, et de toutes ses articulations. Comment elles s’articulent, comment vous pouvez les sentir et qu’est-ce que ça fait travailler, qu’est-ce que ça fait bouger.

Je me suis inspirée pour cela dans mon enseignement des livres de Philippe Chamagne de l’association médecine des arts, qui pour moi a fait un travail absolument extraordinaire et qui m’a beaucoup aidé personnellement. J’ai eu des soucis quand j’étais adolescente de tendinite, quand j’ai voulu beaucoup travailler mon piano, Ça a été difficile pour moi. Je me sentais complètement coincée, et en travaillant ses exercices tout simples, j’ai appris à me servir de ma main.

Je vais vous les donner un par un au fur et à mesure des jours qui vont suivre. Je vous conseille de les travailler à peu près 30 secondes par main. Ce qui vous prend une minute par exercice donc au bout du compte on est sur cinq minutes. Ça prend pas non plus un temps énorme. Ça échauffe la main. Vous pouvez les faire juste avant de travailler le piano, mais et c’est vrai que vous pouvez les faire aussi en dehors si vous avez peu de temps pour faire du piano. Si vous avez un quart d’heure pour faire du piano, c’est évident que vous n’allez pas prendre cinq minutes c’est-à-dire un tiers de votre temps pour faire ses exercices là. Donc à ce moment-là vous pouvez les faire en dehors, à un autre moment. Mais sinon si vous travaillez un petit peu plus longtemps vous pouvez les faire juste avant, pour vous chauffer, c’est pas mal.

 

Un par un ils vont faire travailler les différentes articulations :

  • Le poignet,
  • les articulations métacarpo-phalangiennes,
  • la flexion des deuxièmes phalanges (phalangine),
  • puis des troisièmes phalanges (phalangette).

C’est d’ailleurs cette dernière articulation, qui est la plus importante, puisque c’est celle qui commande la dernière petite phalange (appelée aussi phalangette). Et cette petite phalange, c’est un petit peu comme le pied du danseur. C’est ce qui va soutenir tout le reste, ce qu’il va faire passer l’énergie que vous voulez donner par les épaules, par le bras etc… c’est ce qu’il va permettre de faire passer cette énergie au piano. Parce que vous pouvez faire tout ce que vous voulez derrière, si la phalangette n’est pas tonique, vous aurez rien ! Vous aurez rien du tout ! Ça va lâcher. Par exemple : typiquement les élèves, souvent “cassent” la dernière petite phalange.

Doigt cassé sur le clavier du piano

C’est un problème que j’avais. Vraiment beaucoup ! Je me rappelle mon professeur qui s’est vraiment battu avec ça pendant des années et je n’arrivais pas à régler le problème.

Voilà ! Des petits exercices tout simples. Soyez attentifs ça arrive.

Merci au revoir.

Pour retrouver les livres très intéressants de médecine des arts, cliquez ici.

 

Pour commencer avec le premier exercice, cliquez ici.

11 choses à savoir sur l’entretien d’un piano

 

Un jour, vous êtes tombés sous le charme d’un piano. Il coutait un bras, mais vous avez craqué pour lui. Il est arrivé chez vous avec plus ou moins de péripéties. Vous avez tremblé quand les déménageurs en mode super héros vous l’ont porté dans l’escalier si étroit ou vous l’ont suspendu dans les airs pour qu’il passe par la fenêtre. Mais ouf ! tout ça c’est du passé. Maintenant il trône dans votre salon pour votre plus grand plaisir et celui de votre entourage (plus ou moins enthousiaste parfois). Mais savez-vous comment l’entretenir et le conserver le plus longtemps possible ?

 

Nettoyer son piano

 

J’ai listé pour vous ci-dessous 11 points importants à connaitre.

 

1 Evitez les variations brusques de température :

Soyez attentif à la température, mais surtout aux variations de cette température dans un temps rapproché. Ne dépassez pas 2 à 3 degrés de variation. Un piano peut supporter des températures basses proches de 0 ou hautes comme lors des canicules (35C° à 40C°), mais ne peut passer de l’un à l’autre en 24h ou même une semaine.

 

2 Tenez le éloigné de toute source de chaleur :

Sa place idéale sera à une distance de plus de 1m50 de toute source de chaleur comme les radiateurs, les poêles ou les cheminés.

Ne disposez pas le piano près d’une fenêtre où il pourrait recevoir le soleil directement. Ceci pour les même raison expliquées dans le point précédent, mais aussi parce que la chaleur des rayons du soleil directs sur le vernis risquent de le faire craqueler. De manière générale, évitez de le mettre dans une pièce contenant de grandes baies vitrées, à moins d’avoir des vitres spéciales anti UV et une climatisation (attention la climatisation assèche beaucoup l’atmosphère, voir en dessous le point sur l’hygrométrie).

 

3 Surveiller l’hygrométrie :

Vous devez surveiller le taux d’humidité contenu dans la pièce dans laquelle le piano se trouve. L’hiver, l’air des habitations a tendance à être asséchées à cause du chauffage. Lors des demi-saisons, quand le chauffage est éteint, il fera souvent plus humide. L’idéal est de se trouver dans une fourchette entre 50% et 65%, comme pour tout objet de valeur contenant du bois, comme les tableaux ou les meubles anciens et en marqueterie. Même si on dit que la sécheresse est pire que le trop d’humidité pour les pianos, mieux vaut ne pas trop jouer avec ça ni dans un sens ni dans l’autre. Pour surveiller ce taux, il existe de petits appareils qui mesurent à la fois la température et l’hygrométrie. C’est un bon investissement, car réfléchissez au prix de votre piano…

Avertissement : Le thermomètre-hygromètre ci-dessous est uniquement donné à titre d’exemple. Je ne l’ai pas testé moi-même. Le modèle que j’utilise n’existe plus.

Que faire s’il fait trop sec ?

C’est souvent le cas dans les maisons modernes utilisant des matériaux qui ne favorisent pas les échanges hygrométriques comme la pierre ou le bois. En effet, les gros murs en pierre auront tendance à absorber le surplus d’humidité et à la restituer dans les période de sécheresse. Les habitations surchauffés (au dessus de 21C°) ou situés en étage haut présentent aussi cet inconvénient. Utilisez un humidificateur électrique adapté au cubage de votre pièce.

 

Que faire s’il fait trop humide :

Utilisez un déshumidificateur électrique adapté au cubage de votre pièce, avec récupérateur ou évacuation. Il vous en coûtera quelques centaines d’euros, et un peu de place, mais c’est le prix à payer pour garder votre piano (qui vous a coûté bien plus cher je pense!) en bon état.

Avertissement : Le déshumidificateur ci-dessous est uniquement donné à titre d’exemple. Je ne l’ai pas testé moi-même. Le modèle que j’utilise n’existant plus. Faites votre propre choix éclairé ;).

Les climatisations réversibles et les feus de cheminée (pas trop près du piano) sont aussi des compléments intéressants pour assécher les intérieurs. Les sols chauffants ont cette même qualité, mais doivent être bien réglés, pour chauffer et assécher de manière raisonnable (attention aux vieux systèmes de chauffage par le sol qui chauffent parfois à l’excès !).

Il existe maintenant des systèmes de régulation de l’hygrométrie à installer sur le piano, mais je ne sais pas ce que cela vaut.

Piano rutilant

4 Eviter les courants d’air :

Les courants d’air ne sont pas bons pour le piano, car en général ils modifient de façon brusque la température et l’hygrométrie. Donc ne le disposez pas entre deux portes qui communiquent avec l’extérieur. Aérez brièvement la pièce en ouvrant la fenêtre de telle sorte que l’air n’arrive pas directement sur le piano. Le mieux est le mode ouverture “en peintre” pendant quelques minutes, c’est à dire accrocher un battant volant en légère ouverture à un autre fixé au chambranle pour ne laisser passer qu’un filet d’air.

 

5 Les pièces à éviter :

Pour toutes les raisons qui précèdent, il est plutôt sage d’éviter de mettre votre piano dans les types de pièces qui suivent :

  • L’entrée.
  • Une pièce aménagée en sous-sol ou sous-comble.
  • Un garage ou un entrepôt non chauffé.
  • Une verrière ou une véranda.
  • Une mezzanine (et avec velux pour la chaleur ou la pluie en cas d’oubli !)

Elles ont toutes ce point commun qu’il est en général difficile d’y garder des conditions “climatiques” stables.

 

6 Faites le accorder une fois par an :

Un piano a besoin d’être accordé une fois par an, et ce même si vous n’entendez pas qu’il sonne faux. Les chevilles sont conçues et accordées de telle manière qu’elles puissent tenir des mois une tension de plusieurs tonnes. Mais l’accord va imperceptiblement baisser et modifier la sonorité de votre instrument. N’attendez pas trop longtemps car vous serez obligé ensuite de le faire accorder plusieurs fois d’affilé pour qu’il tienne l’accord.

Important : Il est recommandé, pour que l’accord dure longtemps de ne l’accorder que trois semaines après un déménagement et la mise en route ou l’arrêt du chauffage.

Compter dans les 90€ environ.

 

7 Nettoyez les surfaces du meuble :

Pour la poussière un chiffon doux comme pour les voitures ou revêtement de cuisine. N’utilisez pas de suceur d’aspirateur, qui rayerait les revêtements.

Pour les traces de doigt ou de chocolat Clignement d'œil une lingette microfibre fine légèrement humide fera parfaitement l’affaire et vous ne risquez pas de faire le moindre dégât, à l’exception des revêtements cirés. Mais essorez la bien. Il ne faudra pas qu’il en sorte la moindre goutte.

Microfibre et chiffon doux pour le piano

Mais si vous êtes fan de produits :

  • Pour les vernis, un chiffon à sec ou de la popote pour meuble vernis (à sécher rapidement).
  • La laque : nettoyer avec du produit à vitre,
  • Le bois ciré : passer de la cire et lustrer avec un tissu type feutre.

Pas de produit contenant de l’alcool ou du silicone !!

 

8 Ne touchez à rien  à l’intérieur du piano :

Ne vous aventurez pas dans la mécanique ! Vous risquez d’abimer les cordes ou autres pièces maitresses du piano dont on ne soupçonne pas la fragilité en tant que novice. Réservez ça aux spécialistes. Si vous avez un doute ou un problème mécanique, appelez votre accordeur habituel.

Vous pouvez tout au plus aspirer la poussière accumulée en bas du meuble pour les pianos droits en l’attirant vers le suceur avec un pinceau en soie naturelle. Attention de ne pas choquer des parties du piano avec l’aspirateur.

Intérieur du piano

9 Nettoyez le clavier :

D’une manière générale aucun liquide ne doit couler entre les touches, et rentrer en contact avec le bois.

La micro fibre fine et légèrement humide est encore le meilleur choix car très efficace et sans danger.

Attention le revêtement plastique des touches ne supporte pas les produits à base d’alcool !

Si vous avez un clavier en ivoire, utilisez pour les touches blanches (avec extrêmement de prudence pour que rien ne coule entre les touches) un nettoyant spécial pour ce matériau. Achetez le en magasin de bricolage type Le Roi Du Merlu. Certaines personnes utilisent un coton humecté d’alcool dénaturé, mais ceci est très controversé, donc à vos risques et périls. Sachez que l’ivoire jauni s’il n’est pas exposé à la lumière.

 

Clavier de piano propre

10 Faites briller les pédales et la marque :

Les pédales d’un piano sont en général en laiton. Pour leur redonner l’éclat du neuf, appliquez un produit type Miror. Attendez quelques minutes et frottez à sec avec un chiffon doux.

 

Pédales de piano propres et brillantes

 

Mon astuce pour faire briller la marque du piano :

Si vous avez comme moi un piano dont la marque est en laiton et entourée de vernis, voici mon petit truc. En effet si vous nettoyez sans précaution cette partie avec un produit type Miror, vous risquez de rayer le verni qui entoure le mot. Personnellement, je l’applique sur les lettres au coton tige, et je lustre en entourant un autre coton tige ou mon petit doigt avec un chiffon doux.

 

Lustrage de la marque du piano

11 Ne posez rien sur le piano:

Non ! On ne pose pas de verre de vin ou la quinte de bière sur le piano. Même si ça fait plus convivial et piano bar. Le thé ou le bouquet de fleur de madame non plus ! Le bois ne fait pas bon ménage avec les liquides. La mécanique contient une foule de pièces de bois brut qui sont de vraies éponges. Vous aurez beau les éponger au plus vite, elles auront tendance à gonfler et à bouger. Vous risquez donc d’avoir des problèmes de fonctionnement comme des touches qui ne se relèvent plus ou une inégalité de toucher.

Ne laissez pas non plus tomber de crayons, de gomme ou de petites pièces à l’intérieur du meuble. Cela risquerait de créer un bruit parasite pendant le jeu, ou de bloquer des parties du mécanisme.

Bref à part la lampe spéciale piano et les partitions du moment, rien d’autre ! Mais ne le couvrez pas de grosses piles non plus. Ce n’est pas une bibliothèque, et le son risque d’en être étouffé.

 

J’espère que cet article vous aura apporté de précieuses informations sur l’entretien et la préservation de votre piano. Si c’est le cas partagez-le sur les réseaux sociaux pour m’aider à faire connaitre ce blog aux pianistes.