Pourquoi et comment se servir d’un métronome

 

Un métronome est un outil utile pour tout musicien à condition de s’en servir de la bonne façon. Il permet de donner un exemple sonore d’un battement régulier. Dans son déroulement dans le temps, la musique occidentale écrite ou non écrite est la plupart du temps construite avec des rythmes basés sur des battements réguliers que l’on appelle pulsations. Un exemple très concret de cela est ce que vous avez envie de taper avec votre pied ou ce que vous scandez régulièrement avec votre tête lorsque vous écoutez une musique que vous aimez. Lorsque vous dansez également, vous répétez un mouvement qui exprime corporellement une pulsation à espace régulier.

 

Métronome 1

 

La définition de la pulsation est donc : battement émis à espace régulier et qui délimite le temps qui s’écoule.

Une remarque importante qui découle de cela est qu’on ne doit pas confondre le terme et la notion de pulsation avec ce que l’on appelle en musique le temps, qui désigne plutôt le temps qui s’écoule entre chaque pulsation. Pour vous faire comprendre la différence, je vous donne tout de suite un élément simple de comparaison. La pulsation est comme le bip qui sonnerait toute les heures à un appareil vous donnant l’heure. Alors que le temps et comme le temps écoulé entre ces bips.

Pour en revenir à ce qui nous intéresse ici, il faut savoir que sans cette capacité à pourvoir scander, taper, et plus tard sentir intérieurement une pulsation régulière, et ce pendant que vous jouez, vous ne pourrez être un champion en rythme. C’est la difficulté fondamentale du rythme en musique.

Quand vous vous trouvez en présence d’un musicien ou de votre professeur, qui compte, tape dans ses mains ou vous scande sur l’épaule la pulsation, vous avez le meilleur des métronomes. En effet vous voyez, vous entendez et vous sentez avec cette personne une pulsation, mais comme il s’agit d’un être vivant et de plus formé à la musique, il peut parfois légèrement vous attendre pour ne pas vous mettre en stress. Cependant, il va être difficile d’emmener cette personne à votre domicile pour qu’elle vous aide tous les jours, sauf si vous êtes très riche… C’est là que le métronome est utile ! Il va pouvoir vous faire entendre un battement régulier avec le son d’un bip (ou ploc, tic ou tac…) à n’importe quelle vitesse souhaitée. Vous pouvez vous fier à lui les yeux fermés et les oreilles ouvertes. Sourire

 

Qu’est-ce que c’est précisément :

Métronome 2

Image de Kajojak

Un métronome se présente sous la forme d’un petit appareil mécanique ou électronique. On trouve également, depuis l’avènement d’internet et des nouvelles technologies, des sites, des applications ou logiciels qui font métronome (voir plus bas). Sur tous ces supports, vous devez régler la vitesse du bip. Vous avez pour cela des chiffres affichés allant en général de 40 à 200 sur les appareils physiques et de 0 à infini (même si être à 10 ou à 300 n’a que très peu d’intérêt…) sur beaucoup de métronomes dématérialisés. Cela correspond au nombre de battements possibles dans une minute d’un tempo (vitesse). C’est pourquoi par exemple, 60 correspondra à la même vitesse que celle de la seconde, puisqu’il y a 60 secondes dans une minute. Plus le chiffre sera bas, plus le tempo sera lent et inversement.

Explorons maintenant les différences entre métronomes. Si vous en avez déjà un, sautez directement au chapitre “Comment bien utiliser le métronome”.

 

 

Les différents types de métronome, avantages et inconvénients :

 

Les métronomes mécaniques :

Équipés d’un balancier, il faut les remonter régulièrement pour qu’ils fonctionnent correctement. J’ai souvent entendu dire de laissez régulièrement (une fois par semaine par exemple) la mécanique fonctionner jusqu’à l’arrêt, car sinon il risque de devenir plus vite irrégulier. La mécanique ne supporte pas de rester longtemps en tension.

Pour régler la vitesse, il faut monter ou descendre le poids.

 

Métronome 3

Image de Derek Gavey

 

Avantage : Il effectue un mouvement visuel qui permet de visualiser et d’anticiper l’arrivée de la pulsation.

Inconvénient : Ils ont tendance à devenir irréguliers avec le temps, ce qui perd totalement de son intérêt.

 

Les métronomes électronique :

Ils fonctionnent à piles. Pour régler la vitesse il faut tourner la molette. Pour les métronomes à touches, reportez-vous à la notice.

Métronome 4

Image de Robin Zebrowski

Avantage : Ils sont réguliers tant qu’il fonctionnent, on peut régler le volume sonore ou même parfois l’écouter au casque.

Inconvénients : Vous ne pouvez anticiper l’arrivée de la pulsation avec les yeux, puisque la plupart du temps le bip arrive sans aucun signe avant coureur. Mais certains présentent un petit écran reproduisant le mouvement de balancier du métronome mécanique.

 

Les métronomes en ligne :

 

Méronome en ligne

Cliquez sur l’image pour un exemple de site

Avantage : La plupart du temps ils sont gratuits

Inconvénient : Vous aurez besoin d’une connexion, et d’un ordinateur qui puisse être déplacé pour être proche de votre piano quand vous vous entrainez. Le son en fonction de vos enceintes d’ordinateur peut être trop bas par rapport à votre piano et donc vous ne pourrez entendre suffisamment le battement en jouant du piano.

 

Les applications pour Smartphone :

 

Métronome pour smartphone

Cliquez sur l’image pour voir celle que j’utilise sur mon IPhone

Avantage : leur prix est assez modeste (moins de 5€ pour la plupart), voir gratuit et le son peut être assez puissant. Mêmes fonctionnalités que les métronomes électroniques.

Inconvénient : Il n’est pas désolidarisé de votre téléphone. Vous risquez donc d’être distrait par vos diverses notifications, ou par un coup de téléphone. Pour palier à cela mettez votre téléphone en mode avion (sur Iphone glissez légèrement du bas de l’écran vers le milieu et touchez l’avion).

 

Comment bien utiliser le métronome :

 

Maintenant que vous avez votre métronome, et que vous savez le faire fonctionner, il va falloir apprendre à l’utiliser de la bonne manière et dans un but bien précis. En effet il est d’une grande aide pour vous faire entendre une pulsation régulière, pour travailler le rythme, mais ce n’est qu’une machine. Il sera intraitable et ne vous laissera pas la moindre marge de manœuvre en cas d’hésitations ou d’intention musicale. Ceci peut devenir très stressant. Et si vous travaillez votre piano en permanence avec, vous risquez de perdre toute qualité musicale et de devenir vous même une machine. Il va vous empêcher d’écouter le son de votre piano. Donc sachez l’utiliser avec parcimonie. Cela ne doit pas devenir une habitude ou une béquille dont vous ne pourriez pas vous passer.

Il faut savoir que le métronome n’a pas été construit au départ dans un but pédagogique. Il devait rendre objectif un tempo (vitesse en musique) pour tous quel que soit le lieu ou le moment auquel le musicien jouait. Mais rapidement, les pédagogues l’ont détournés pour le meilleur et pour le pire.

Il peut vous guider, vous indiquez si vous êtes sur la bonne voie ou non. Mais il ne vous donnera pas une pulsation interne que vous n’avez pas. Vous devez sentir toute pulsation dans votre propre corps au préalable, en marchant dans votre pièce en chantant la mélodie de votre morceau par exemple. Si vous devez aller à une vitesse donnée, écoutez votre métronome à cette vitesse et tapez du pied ou dans vos mains à cette vitesse pendant quelque temps avant de vous mettre au morceau en question.

Je trouve que là où il est le plus utile, c’est lors d’un travail sur le rythme pur sans piano. Lorsque vous travaillez une cellule rythmique spécifique par exemple comme “deux croches noire”, ou de courtes phrases rythmiques. Le geste corporel à effectuer est dans ce cas plus simple qu’au piano et vous pouvez vous concentrer uniquement sur une seule notion: le rythme. D’autre part vous ne serez pas en train de massacrer le morceau que vous aimez tant, ce qui vous allège de l’affect que vous pourriez y mettre.

Je reviendrai plus en détail sur les différentes bonnes façons d’utiliser le métronome dans de prochains podcasts sur le rythme.

 

Je n’ai pas de rythme…

Combien de fois ai-je entendu ça ! Soit parce qu’une proche avait eu des paroles malheureuses dans l’enfance, soit parce qu’une situation musicale inconfortable avait fait conclure ceci à la personne elle-même. Le rythme est certes plus facile pour certains que pour d’autres, mais comme toute chose il se travaille et peut s’apprendre et s’améliorer à tout âge. J’ai vu des gens à priori dépourvu de tout sens rythmique se débloquer et progresser en mixant travail régulier et juste détente corporelle. Pour moi, il y a un lien direct entre le rythme et le rapport au corporel. C’est un chemin qui vaut la peine, alors ne vous retranchez pas derrière cette croyance ! Et dansez dès que vous pouvez. La danse est un bon moyen de sentir la musique dans son corps sans que le mental n’intervienne trop.

 

J’espère que cet article vous aura aidé à choisir votre métronome, éclairé sur les possibilités qu’offre cet outil et ce qu’il ne peut pas faire.

Si ce blog vous apporte, et que vous êtes sur Facebook, aidez-moi à le faire connaitre : “likez” la page Apprendre à jouer du piano et partagez là à ceux qui pourraient en retirer quelque chose.

Recherches utilisées pour trouver cet article :apprendre a utiliser un metronome, formes des battement musicale, ouvrir takell piccolo, sè ki un metronome

2 réflexions au sujet de « Pourquoi et comment se servir d’un métronome »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *